Foire aux questions

Plus de 550 établissements et services, 18 000 salariés, des activités dans des domaines très variés, 35 ans d’histoire, de développement et de diversification… Le GROUPE SOS est une organisation atypique. Ce document a pour objectif de mettre à disposition des éléments de réflexion et de présentation sur notre organisation.

Comment le GROUPE SOS s’est-il constitué ?

En 1984, SOS Drogue International (aujourd'hui GROUPE SOS Solidarités) est créée pour développer des dispositifs de lutte contre la toxicomanie.

En 1986Habitat et Soins (aujourd'hui GROUPE SOS Solidarités) voit le jour pour répondre à l'épidémie croissante du VIH/Sida. L'évolution même de la maladie et des traitements l'ont amenée à diversifier ses modes de prise en charge, avec notamment de nombreuses solutions d'hébergement et de logement pour les personnes précaires et/ou malades.

En 1994, le GROUPE SOS lance Insertion et Alternatives (aujourd'hui GROUPE SOS Jeunesse), d'abord spécialisée dans l'insertion sociale et professionnelle, qui développe aujourd'hui principalement des dispositifs dédiés aux mineurs en difficulté (aide sociale à l'enfance et protection judiciaire de la jeunesse).  

En 1995, ces trois associations, dites associations fondatrices, créent une coopérative (Alterna) pour répondre aux besoins de développement en matière immobilière et contribuer à la mise en œuvre d'une politique de l'habitat social novatrice. Elles décident également de mutualiser un certain nombre de fonctions (comptabilité, juridique, finances, RH...) au sein d'un groupement d'intérêt économique (Alliance Gestion), professionnalisant ainsi la gestion, le conseil et le contrôle interne de leurs activités, et générant d'importantes économies d'échelle. Un groupe est réellement constitué.

A partir des années 2000, le GROUPE SOS accélère sa diversification, soit en créant des dispositifs innovants, soit en intégrant des organisations en difficulté ou en quête de croissance. Il s'investit notamment dans l'insertion par l'activité économique avec les entreprises d'insertion (2001), la petite enfance (2005), le conseil en développement durable (2005), la gestion d'hôpitaux (2008), la prise en charge et l'accueil de personnes âgées (2011)...

En 2019, avec ses 18 000 salariés et ses 505 établissements et services, le GROUPE SOS est la première entreprise sociale européenne. Depuis près de 35 ans, il répond aux enjeux majeurs de la société avec ses 8 secteurs d’activités : jeunesse, emploi, solidarités, santé, seniors, culture, transition écologique, action internationale.

Pourquoi le GROUPE SOS est souvent désigné comme « une entreprise sociale » ?

La gouvernance du GROUPE SOS est de type associative (assemblées générales, conseils d’administration), personne n’est propriétaire de quoi que ce soit, l’échelle des salaires est encadrée (nos conseils d’administration ont décidé  que personne ne pourra jamais gagner plus de 15 fois le plus petit salaire du groupe). Parmi les salaires les plus importants on retrouve une très grande majorité de médecins (dont le 1er salaire du groupe). A titre de comparaison l’échelle des salaires dans les entreprises cotées en France était de 1 à 70 en moyenne en 2017 («Global Ceo Pay Index», établi par l'agence d'informations financières Bloomberg).

Le GROUPE SOS entend démontrer qu'il est aujourd'hui possible de bâtir une organisation solide, capable de créer et pérenniser des activités économiques tout en ayant un fort impact social. Il propose des solutions concrètes et innovantes aux besoins fondamentaux de notre société (éducation, santé, emploi, logement…) en créant dans les territoires des services de proximité et de l’emploi, réconciliant ainsi intérêt collectif et entrepreneuriat, efficacité économique et intérêt général. 

Pourquoi le GROUPE SOS mène-t-il des activités aussi diversifiées ?

Le GROUPE SOS étonne souvent par la diversité des activités qu’il mène : actions sociale, médico-sociales, sanitaires, éducatives, insertion par l’activité économique, incubateurs, commerce responsable, conseil, culture, agroécologie, action internationale … Dans le paysage associatif français, notre organisation est unique. La professionnalisation, l’innovation, l’absence d’actionnaires – des principes fondateurs de notre organisation – nous semblent constituer un cadre pertinent et efficace pour perfectionner ou inventer les solutions aux enjeux auxquels fait face notre société, quel que soit le sujet. Nous ne refusons pas les sujets les plus complexes, nous sommes même souvent parmi les rares qui y répondent : toxicomanie, délinquance des mineurs, prévention de la radicalisation, ou le sauvetage d’hôpitaux, activité dont la gestion est souvent décrite aujourd’hui comme difficile et risquée.

Cette diversité n’est pas le fruit du hasard… Elle est le résultat d’une histoire et de la volonté du GROUPE SOS de s’enrichir de nouveaux savoir-faire pour répondre toujours plus efficacement aux enjeux de notre société.

Le GROUPE SOS s’est d’abord construit sur des actions de lutte contre les exclusions : accès aux soins, au logement, à l’éducation… Il s’agissait alors de considérer l’ensemble des problématiques d’un individu, de l’appréhender dans sa globalité.

Une fois satisfaits les besoins fondamentaux des personnes, se pose la question du retour à l’emploi. Le GROUPE SOS a donc entrepris de créer des entreprises d’insertion pour permettre à des personnes jugées « inemployables » de travailler, et d’avancer vers une insertion professionnelle durable.

Le GROUPE SOS a ensuite investi de nouveaux domaines afin de proposer des services d’excellence pour tous, y compris aux plus démunis : hôpitaux, crèches, maisons de retraite médicalisées accessibles à tous. Il a souhaité développé ces services à l’international grâce à des ONG intervenant partout dans le monde, dans les domaines de la formation, de la santé et de l’éducation. Pour soutenir et favoriser l’émergence de l’entrepreneuriat social il a impulsé la création d’incubateurs présents sur les cinq continents.

Conscient que la culture est un vecteur de lien social, le GROUPE SOS a développé des activités dans ce domaine : médias, cinéma, patrimoine, ingénierie culturelle… En parallèle, il s’est engagé pour relever le défi de la transition énergétique avec des activités d’agroécologie, d’alimentation durable, de conseil... Tout en cherchant à mener une démarche exemplaire en termes de développement durable sur l'ensemble de ses activités.

Au final, il s’agit de démontrer que l’efficacité économique peut se mettre au service de l’intérêt général, et ce, dans de nombreux domaines. En permanence notre volonté est de ne pas opposer la qualité des services et la nécessité de mettre en oeuvre un modèle économique.

Le GROUPE SOS est-il lié à un mouvement politique ou religieux ?

Laïque et indépendante, notre organisation n’est l’émanation d’aucun courant religieux ou politique. Nous menons nos actions dans le respect des croyances et des convictions de chacun.

Nous travaillons au quotidien avec des élus de toute sensibilité. Notre dialogue avec les décideurs publics, territoriaux ou nationaux ne repose que sur notre capacité à inspirer les politiques publiques qui reconnaissent l’efficience de nos innovations, les reprennent, les amplifient, les systématisent. Chacun peut évidemment s’engager et s’investir à titre personnel dans un mouvement politique, ce qui n’engage jamais le groupe.

Chaque année, les activités du GROUPE SOS ont un impact sur la vie d’1,7 million de personnes. La laïcité est une des valeurs qui guident nos actions au quotidien. Si pour nos salariés, le principe de stricte neutralité s’applique (pas de prosélytisme), nous entendons favoriser le plus possible la liberté  d'accès au culte pour les usagers hébergés dans nos établissements (tant qu’elle ne porte pas atteinte au bon fonctionnement de l’établissement, et tant qu’elle ne dérive pas en pratique sectaire).

Quel est le modèle économique du GROUPE SOS ?

Chacune des activités du GROUPE SOS dispose de ses propres financements.

Ainsi par exemple, une Maison d’enfants à caractère social (MECS), dispositif entrant dans le cadre de la protection de l’enfance, situé dans le Val d’Oise, est financée par le conseil général de ce département. Les ressources d’une maison de retraite médicalisée en Lorraine proviennent à la fois de l’Assurance maladie, du Conseil général du département concerné, et des résidents. Des entreprises comme Altermundi ou le traiteur Té, fournissent des prestations à de nombreux clients, professionnels et particuliers…

Chaque établissement contribue aux fonctions support du groupe (comptabilité, paie, ressources humaines, communication, juridique, achats…) rassemblées au sein des sièges des entités ou du groupement d’intérêt économique Alliance Gestion.

La pertinence du modèle économique du groupe repose sur des compétences de gestion efficace et partagées et une stratégie immobilière visant à plus d’autonomie et de pérennité (voir la question « le GROUPE SOS est-il riche ? »).

Le GROUPE SOS est-il une organisation lucrative ?

Non. Notre modèle repose sur le statut associatif. Il exclut tout versement de dividendes à des personnes physiques pour l’ensemble de nos activités. L’actionnariat des entreprises commerciales du groupe (nos entreprises d’insertion) est constitué exclusivement par les associations fondatrices du groupe. Ce modèle nous permet de nous concentrer pleinement sur la qualité et l'efficacité de nos prestations.

Qui dirige le GROUPE SOS ?

Le GROUPE SOS est contrôlé par les instances statutaires de quatre associations : GROUPE SOS Jeunesse, GROUPE SOS Solidarités, GROUPE SOS Santé, GROUPE SOS Seniors. Les Assemblées Générales de ces associations (une centaine de membres actifs qui ont la particularité de bien connaitre le groupe ou l’un de ses dispositifs ) ont une compétence et une mission de surveillance générale. Les Conseils d’Administration (une trentaine de personnes : magistrats, médecins, hauts fonctionnaires, chefs ou cadres d'entreprise, responsables associatifs...) ont, pour leur part, la mission de définir les orientations des associations fondatrices et de leurs filiales, mais également de contrôler leur mise en œuvre par le Directoire.

Le Directoire constitue l’instance exécutive nationale de mise en œuvre des délibérations et orientations qui ont été définies par les Conseils d’Administration. Ses membres disposent de prérogatives propres exercées au sein de secteurs d’interventions déterminés au préalable par l’Assemblée générale qui les nomme. En plus de son Président Jean-Marc Borello le directoire est composé depuis le début de l’année 2019 de dix membres, il est paritaire et intègre la représentation des territoires et des fonctions transversales du groupe, deux enjeux prioritaires pour le GROUPE SOS. 

Pourquoi parle-t-on d’associations de personnes morales ?

En dehors des quatre associations fondatrices, toutes les autres associations du GROUPE SOS sont des associations de personnes morales ("associations constituées d’autres associations"). Ces associations ne comptent plus de membres personnes physiques  leur assemblée générale n’est composée que de personnes morales, les associations fondatrices du groupe. Cela signifie que lorsque l’assemblée générale d’Arcat, par exemple, se réunit, ce sont en fait les 4 présidents des associations fondatrices qui se réunissent. L’association est représentée au quotidien par un « Président administrateur unique » (personne physique).

De même, les entreprises commerciales du GROUPE SOS sont contrôlées uniquement par les associations fondatrices qui en sont les seules actionnaires.

Pourquoi le GROUPE SOS se développe-t-il ?

Le GROUPE SOS a fait le choix du développement en partant du principe que la taille était un atout pour :

  • la pérennité des projets ;
  • les services rendus aux usagers ;
  • les carrières professionnelles de ses salariés ;
  • son indépendance

De par sa taille, le GROUPE SOS peut notamment mettre en œuvre, en toute transparence, des mécanismes de solidarité financière entre ses entités et ainsi pallier les difficultés économiques que certaines peuvent rencontrer ponctuellement. Sa solidité financière facilite également les relations et négociations avec ses différents partenaires bancaires.

Le développement permet des effets de synergies et de mutualisation de moyens qui permettent aux équipes de travailler dans de meilleures conditions. La multiplicité des établissements du GROUPE SOS facilite la mise en place de solutions pour les usagers, notamment pour orienter une personne au plus près de ses besoins.

Le fort développement du GROUPE SOS (qui n’est pas plus important aujourd’hui qu’hier) engendre une forte diversification de ses activités. Celle-ci résulte d’une volonté d’accueillir de nouveaux savoir-faire afin de répondre toujours plus efficacement aux enjeux de notre société. C’est parce que travaillent au sein du groupe des professionnels de la petite enfance et des professionnels du handicap que nous avons créé des crèches qui accueillent des enfants valides et des enfants en situation de handicap, et la plateforme d’accompagnement petite enfance et handicap. C’est parce que nous avons un secteur transition écologique et des activités d’accueil des réfugiés que nous permettons à ces derniers de suivre une formation au métier de maraîcher bio. C’est parce que nous avons un secteur culture et des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes que nous avons inventé des ateliers de réalité virtuelle pour le plaisir et le bien-être des résidents. Trois exemples parmi tant d’autres permis par la diversité de nos activités et qui incarnent le professionnalisme, l’engagement et l’innovation dont font preuve nos équipes.

Le GROUPE SOS  rachète-t-il des associations ?

Non, le GROUPE SOS ne rachète pas des associations. De par la spécificité de ses statuts, une association ne peut en aucun cas faire l’objet d’un rachat.

Quand une association intègre le GROUPE SOS, cela signifie qu’elle décide que la gouvernance change de main, les membres de l’association qui forment son assemblée générale démissionnent pour laisser la place aux associations fondatrices du groupe.

Le GROUPE SOS ne rachète donc pas, il prend le contrôle de l’association avec l’accord de ses membres. A aucun moment, un quelconque transfert d’argent n’est opéré.

Comment et pourquoi une association rejoint-elle le GROUPE SOS ?

Lorsqu’une association souhaite intégrer le GROUPE SOS, c’est généralement pour pouvoir s’adosser à une organisation outillée pour lui permettre de pallier les difficultés qu’elle rencontre ou bien pour maximiser ses potentialités de développement.

Quand une association s’adresse au GROUPE SOS, une réflexion est menée de part et d’autre pour que la décision soit prise en toute connaissance de cause :

  • Du côté de l’association, celle-ci est informée des conséquences d’une intégration et du mode de fonctionnement du GROUPE SOS ;
  • De son côté, le GROUPE SOS vérifie que le projet de l’association est en accord avec ses valeurs et qu’il est à même d’offrir des solutions viables aux difficultés qu’elle rencontre, le cas échéant.

Quand la décision est prise qu’une intégration est pertinente pour les 2 parties, deux solutions sont possibles :

  • Une fusion de l’association avec une association du GROUPE SOS ;
  • Une intégration en tant qu’association de personne morale (filialisation).

Le GROUPE SOS est-il militant ?

La vocation du GROUPE SOS est avant tout directement liée à la réalité des territoires et de la population notamment en proposant des services d’excellence pour tous, y compris les plus démunis.

Le GROUPE SOS est un ovni. Notre modèle est fondamentalement différent, il interpelle, il convainc, il peut aussi déranger ceux qui ne le comprennent pas. Il apporte la démonstration de l’existence d’une alternative : une entreprise associative, donc sans capital et sans actionnaire, avec cent métiers différents, avec une échelle de salaires encadrée, avec une gouvernance collégiale, et dont les résultats sont 100% réinvestis pour créer ou pérenniser des innovations sociales et environnementales. Nous revendiquons et portons ce modèle au quotidien pour qu’il inspire et irrigue largement notre société, en France et partout dans le monde. Nous nous nous appuyons sur nos vingt porte-paroles qui, en plus de leur fonction au sein du groupe, ont pour mission de faire connaître nos propositions et notre expertise sur chacun de nos grands sujets d’intervention notamment dans le but de faire évoluer les politiques publiques (Mobilité inclusive, Seniors, Transition numérique, Hébergement, Petite enfance, Protection judiciaire de la jeunesse, Emploi, Handicap, VIH/Sida, Addictions, Droit des personnes LGBT+, Santé, Culture, Transition écologique, Action internationale, Europe, Accompagnement à l’entrepreneuriat, Engagement de la société civile, Synergies et performances, Modèle économique, Finance et participations, Protection sociale de l’enfance).

Le militantisme du GROUPE SOS ne se limite à "ses" propres solutions. A travers le Mouvement UP (événements, productions, réseau social) le GROUPE SOS propose à tous de devenir acteur du changement et de l’innovation sociale et environnementale.Parce que l’alliance de l’ensemble des parties prenantes (citoyens, entreprises sociales, entreprises privées, pouvoirs publics, collectivités, chercheurs) fera naître les idées les plus ingénieuses. Enfin, parce que l’innovation sociétale appartient à tous et s’enrichit de tous.

L’origine et l’histoire du GROUPE SOS, c’est aussi l’accompagnement des personnes atteintes de maladies chroniques et notamment du SIDA ; un combat qui reste d’actualité. L’époque de l’absence de traitements, heureusement révolue, nous a marqués chacun. Avec son cortège de douleurs et de blessures, ce combat que nous avons mené fièrement est aussi à l’origine d’une tradition de liberté et d’une culture festive.

Le GROUPE SOS est-il riche ?

Le GROUPE SOS est solide mais il n’est pas riche. Le budget global du GROUPE SOS (950 millions d’euros) est simplement la somme des budgets de l’ensemble de ses activités, de ses établissements. Notre solidité économique repose sur notre patrimoine immobilier. Mais au quotidien l’ensemble de nos dispositifs vivent des services que nous fournissons à nos clients (qu’ils soient publics ou privés). Nous ne faisons pas appel à la générosité publique. Nous n’avons pas des millions d’euros qui dorment sur des comptes en banque. Les éventuels excédents que nous réalisons (pour nos activités hors contrôle, car pour la partie sous contrôle aujourd’hui tout excédent est repris par le client public) sont réinvestis dans l’activité (essentiellement les travaux de construction, d’aménagement, de rénovation de nos établissements). Chaque établissement contribue aux fonctions support du groupe (comptabilité, paie, ressources humaines, communication, juridique, achats…) rassemblées au sein des sièges des associations ou du groupement d’intérêt économique Alliance Gestion.

Le GIE est une forme juridique très courante dans le monde de l’entreprise. Il permet dans les groupes la mise en commun de moyens entre plusieurs entités. Il est au service de ses membres et facture ses prestations "à l’euro l’euro". S’il faisait figure d’ovni au milieu des années 90 dans le paysage associatif, il a ensuite été encouragé notamment par des organismes comme la Cour des comptes. Les équipes du GROUPE SOS peuvent ainsi s’appuyer sur des professionnels des domaines évoqués plus haut et ainsi se concentrer pleinement sur la réalisation de leurs missions.

Par ailleurs, chaque association a négocié avec ses clients publics des « frais de siège » qui financent le fonctionnement des directions générales et des fonctions support.

Parmi les outils créés par le groupe au service de ses établissements notre coopérative immobilière Alterna qui ne représente pas tant un patrimoine financier que les murs de nos établissements qui offrent un service de qualité à tous. Le choix a été fait par le groupe dans un souci d’indépendance et de pérennité de ses activités de se porter acquéreur dans la mesure du possible des murs dans lesquels nos établissements exercent leurs activités. La création d’Alterna et le fait d’accéder à la propriété des murs de nos établissements a simplement permis à ces derniers de mener des activités dont aucun bailleur ou propriétaire ne voulait (accueil et soins de personnes toxicomanes, hébergement de personnes sans domicile…). Pour des activités moins « sensibles » et de façon générale, être propriétaire des murs permet aussi à nos établissements de ne pas avoir à verser un loyer à des propriétaires extérieurs au groupe, rarement non lucratifs eux. Ce patrimoine rassure nos partenaires bancaires et nous permet de lever plus facilement l’argent nécessaires à l’entretien ou à la rénovation de nos bâtiments pour permettre à nos bénéficiaires d’être accueillis toujours dans de meilleures conditions.

Quand une association rejoint le groupe, elle le rejoint avec son passif et ses actifs. Parmi lesquels son immobilier. A noter que 60% des associations qui ont rejoint le GROUPE SOS n’avaient pas d’immobilier.

Alterna réalise également une mission de logement très social à destination de populations à très faibles revenus. Dans le cadre de cette activité et dans son rapport de contrôle de juillet 2016, l'ANCOLS précise que « Alterna joue pleinement son rôle social. La petite taille du patrimoine favorise la fourniture de services de qualité aux locataires »

Cette qualité de service concerne également notre centre de formation d’Hautefeuille qui est le centre de formation des équipes du groupe mais qui est aussi ouvert à des organisations extérieures. Cette année, près de 500 salariés et cadres du GROUPE SOS ont pu en bénéficier.

Le GROUPE SOS, « hégémonique » ?

Le GROUPE SOS se développe c’est vrai. Comme le font toutes les associations d’une certaine taille aujourd’hui en France. De nombreuses associations doivent se rapprocher pour être plus efficaces : mutualisation et synergies sont des enjeux cruciaux pour le secteur associatif. Nous n’avons pas vocation à reprendre toutes les associations de ce pays. Nous ne réalisons pas de démarche active vers les associations, ce sont elles qui viennent vers nous. Nous considérons que nous sommes au service des associations qui nous rejoignent (ce sont elles qui décident de nous rejoindre, il n’y a pas d’OPA dans le secteur associatif) : nous sauvons des emplois et des services, nous permettons à des associations de grandir, en préservant leurs spécificités, leur identité, leur savoir-faire (grâce à la filialisation associative, dispositif initié par le GROUPE SOS et unique en France).

Le développement est utile à plus d’un titre, nous l'assumons pleinement : le GROUPE SOS apprend beaucoup des compétences qui le rejoignent. Et l’innovation naît souvent de la diversité et de la complémentarité des métiers et des expertises au sein du groupe. Pour nos salariés, notre taille et notre implantation doivent leur permettre d’évoluer : changer de région, prendre des responsabilités…

Le GROUPE SOS est par ailleurs membre de nombreuses fédérations et réseaux. Nous travaillons au quotidien avec de nombreuses associations partenaires (pour échanger sur nos pratiques, pour réfléchir à l’amélioration de nos dispositifs communs, pour faire évoluer les politiques publiques)… Nous avons lancé des dispositifs qui sont au service d’organisations qui ne nous sont pas liées : le dispositif Silver Fourchette accompagne des centaines d’Ehpad qui souhaitent travailler sur le bien-être et l’alimentation de leurs résidents ; nos incubateurs et tiers lieux (GROUPE SOS Pulse (11 incubateurs en France et à l’international), le programme UP Factory (soutien de jeunes pousses de l’entrepreneuriat social), Commune Image à Saint-Ouen (fabrique de cinéma indépendant), H7 à Lyon (accélérateur de start-up de l’innovation…) par exemple accompagnent des projets sociaux, environnementaux, numériques, culturels… pour qu’ils se structurent et grandissent en France et dans le Monde. Le Mouvement UP (UP Conferences…) donne la parole chaque semaine dans le cadre d’événements partout en France à des organisations ou projets qui incarnent l’innovation sociale et environnementale, mais qui ne nous sont pas liés ; Hacktiv aide les associations à trouver des bénévoles sur leur territoire ; Reconnect fournit un service à des centaines de structures sociales qui permet à leurs usagers de numériser et sécuriser leurs pièces d’identité et documents administratifs pour faciliter leur accès aux droits… A l’image des « Grands voisins » à Paris, le GROUPE SOS lance en 2018 "Coco Velten" avec la ville de Marseille et Plateau urbain et Yes We Camp : un nouveau type de foyer d’accueil de personnes sans-abri près de la porte d'Aix qui s'insère dans un lieu mêlant activités économiques et culturelles. Nous ne sommes jamais seuls quand nous initions de nouveaux projets.