Contact Espace presse English version
AccueilActualités › Débat : Vers une nouvelle philosophie du crédit à la consommation ? - 10 mai 2011

Débat : Vers une nouvelle philosophie du crédit à la consommation ? - 10 mai 2011

mai 2011

Au cœur de l'actualité financière et des préoccupations de nombreux ménages français, il était tout naturel que le crédit s'invite au 40ème «Alter Mardi : Parlons Solutions ». Si le prêt bancaire facilite le quotidien de nombreux Français, ses pratiques peuvent devenir irraisonnées et abusives, notamment celles relevant du crédit à la consommation. Sa principale éventuelle dérive : le surendettement, qui frappe 1 à 2 millions de personnes en France, dans toutes les couches de la société. Animée par Erwan AUDOUIT, responsable microcrédit au Crédit Coopératif, la rencontre a fait le point sur la réforme du crédit en France, les risques et les dérives du crédit à la consommation, la responsabilité et l'engagement des banques, ainsi que les solutions alternatives innovantes. Jean Yves GODARD, responsable des Relations Extérieures LaSer Cofinoga; Regis HALTER, directeur adjoint de Crésus; et Alexis ANGOT, Chargé de mission Microcrédit Personnel au Crédit Municipal de Paris, tous ont apporté leurs éclairages sur un sujet qui n'a pas fini de faire débat.

 

 

220489_197970016914078_172212806156466_595554_8112821_o.jpgAccordé par les établissements bancaires, le crédit autorise de nombreux foyers à accéder à des biens et des services, notamment à faire face aux grosses dépenses et aux biens durables. Cet outil d'emprunt largement utilisé encourage la consommation et de ce fait soutient la croissance de l'économie nationale. S'il demeure utile et nécessaire, il reste avant tout un acte d'engagement, souvent sur le long terme, dont les conséquences doivent être pleinement mesurées. Hors, l'explosion ces dernières années du surendettement des familles tend à prouver une mal information générale et des prises de risque non considérées. 90 000 ménages passaient en commission de surendettement en 1990 contre 220 000 en 2010... Les risques de dérives sont d'autant plus grands que la France est un des seuls pays européens à ne s'être toujours pas doté d'un registre national des crédits aux particuliers. Les consommateurs peuvent souscrire, sans le moindre contrôle, plusieurs prêts dans différents établissements... Le crédit, une machine à fabriquer des surendettés ? Pointé du doigt : le très sollicité crédit à la consommation. Coûteux car délivré à des taux d'intérêt très élevés par rapport aux taux du marché, ou encore entaché par des publicités mensongères, il revêt sans conteste des effets pervers. Pourtant, sa production par les établissements spécialisés a une nouvelle fois augmenté au cours du premier trimestre 2011, enregistrant une hausse de 8,9% sur un an.

 

 

Comment lutter contre les effets pervers du crédit ? La loi Lagarde, effective depuis le 1er mai, promet de mieux protéger l'emprunteur en l'informant afin de lui donner le choix de son crédit, en limitant la durée de son emprunt et en lui donnant une plus grande possibilité de se rétracter. Ces mesures de protection et de sécurité du consommateur sont-elles suffisamment efficaces ? Existe-il des outils de prévention ? Comment les banques peuvent-elle s'engager ? Quelles solutions s'offrent aux exclus du crédit à la consommation ?

 

Retrouvez le compte-rendu écrit rédigé par Aude Serra.

 

Retrouvez les réactions en exclusivité de Jean-Louis Kiehl, directeur de Crésus après cet Alter Mardi :

 

Retrouvez les réactions en exclusivité d'Erwan Audouit, responsable microcrédit au Crédit Coopératif après cet Alter Mardi :

 

Retrouvez les réactions en exclusivité d' Alexis Angot, Chargé de mission Microcrédit Personnel au Crédit Municipal de Paris :

 

En présence de :

  • Jean Yves Godard, responsable des Relations Extérieures LaSer Cofinoga

  • Jean-Louis Kiehl, directeur de Crésus

 Rencontre animée par Erwan Audouit, responsable microcrédit au Crédit Coopératif.

Up Conferences

Vidéo des Alter Mardis : Parlons solution