Contact Espace presse English version
AccueilActualités › Débat : "Intrapreneuriat social : le nouveau défi en entreprise ?" - 88ème AMPS

Débat : "Intrapreneuriat social : le nouveau défi en entreprise ?" - 88ème AMPS

janvier 2012

Depuis quelques années, l'intrapreneuriat fait son chemin dans les entreprises.  Plusieurs définitions de ce concept ont été proposées, la plus simple étant "l'adoption d'attitudes et de comportements entrepreneuriaux au sein d'organisations existantes" (Véronique Bouchard). Aujourd'hui, les entreprises sont de plus en plus nombreuses à pousser leurs salariés à créer une nouvelle organisation en interne, synonyme d'innovation et de changement, mais aussi d'émulation et d'esprit d'équipe. Qu'en est-il plus précisément de "l'intrapreneuriat social" ? Peut-il répondre aux besoins d'innovation sociale des entreprises qui s'efforcent de faire face aux enjeux sociétaux ?

 

 

dsc00278.jpgPour ce 88ème « Alter Mardis : Parlons Solutions », des "intrapreneurs sociaux" chevronnés nous ont fait part de leur expérience, avec l'éclairage avisé de Leila Hoballah, co-fondatrice de CommonsSense et de l'association NOISE (Nouvel Observatoire de l'Innovation Sociale et Environnementale). C'est le cas d'Emmanuel de Lutzel, initiateur et aujourd'hui responsable de l'activité Microfinance de BNP Paribas, mais aussi de Bruno Chatelier, fondateur et directeur exécutif de DDB Share, fonds de dotation de l'agence DDB destiné à promouvoir l'entrepreneuriat social en France. Lors d'une table-ronde animée par Olivier Maurel, Social Innovation Manager chez danone.communities, ils sont revenus sur leurs parcours, sur les freins à leurs initiatives, mais aussi sur les bénéfices qu'ils en ont retiré à titre personnel aussi bien qu'en tant que collaborateurs d'une entreprise. 

Nombreux sont ceux qui mettent en avant la nécessité d'adopter de « bonnes » attitudes intrapreneuriales : adaptabilité, autonomie, engagement, souplesse d'esprit, qualités managériales, fortes convictions personnelles, esprit d'équipe...  Comment nos intervenants ont-ils vécu cette adaptation ? Si la personnalité de l'intrapreneur est certes très importante pour que le projet naisse et soit mené à bien, la qualité de l'environnement dans lequel celui-ci évolue est également cruciale.

C'est pourquoi l'engagement de l'entreprise joue ici un grand rôle. Ericka Cogne, Corporate Citizenship Manager chez Accenture et coordinatrice du programme Development Partnership, ainsi que Florian Sauvin, directeur du programme Bel Access du Groupe Bel, nous ont parlé de l'intrapreneuriat social du point de vue de l'entreprise. Sous quelles conditions de telles initiatives peuvent-elles constituer un levier de motivation des collaborateurs ? En quoi l'intrapreneuriat social peut-il renforcer les départements RSE, mis en place depuis plusieurs années pour répondre aux défis sociétaux actuels ? L'intrapreneuriat social est-il le "next step" des politiques RSE  ou une simple innovation un peu utopique dont les entreprises se servent pour améliorer leur image ? Après le green washing, y a-t-il aujourd'hui un risque de social washing ?


Retrouvez en exclusivité le compte-rendu écrit rédigé par Aude Serra

 

En présence de :

Introduction par Leila Hoballah, co-fondatrice de CommonsSense et de l'association NOISE

Rencontre animée par Olivier Maurel, Social Innovation Manager chez danone.communities

Up Conferences

Vidéo des Alter Mardis : Parlons solution