Des établissements très DD #2

juillet 2012

La maison d’enfants à caractère social Le Mouteau (JCLT), située dans le Loiret, a lancé sa démarche de développement durable dès 2008.
Le référent développement durable de l'établissement, témoigne :

Mouteau« Depuis ma nomination en tant que référent développement durable, de nombreuses actions ont été menées :

• Campagne de sensibilisation des jeunes en 2008 (affichage, sensibilisation en réunion, etc.) ;
• Action sur l’éclairage (installation d’ampoules basse consommation) dès 2008-2009 ;
• Réflexion sur les achats de denrées alimentaires en 2010, afin de privilégier les fournisseurs et producteurs locaux ;
• Inscription dans la politique d’achats responsables du Groupe SOS : produits d’entretien issus de la chimie végétale, fournitures de bureau « vertes », ordinateurs reconditionnés par un ESAT, véhicules peu émetteurs de CO2, traitement du linge d’hébergement via un ESAT, recours à l’Agence du Don en Nature... ;
Sensibilisation du personnel (affichage, diffusion de supports de formation…).

Plus récemment, notre action a porté sur la gestion des déchets. Outre le déploiement du tri sélectif en 2011 (et la collecte et le recyclage des huiles usagées depuis plusieurs années), nous avons fait l’acquisition d’un composteur de déchets organiques en mai 2012 (cf. photo ci-contre, avant l'installation), avec une aide financière de la communauté d’agglomérations, de l’ADEME et du conseil général (seuls 20% sont restés à la charge de l’établissement). Véritable projet pédagogique vis-à-vis des 37 jeunes accueillis (« de l’assiette au potager, et du potager à l’assiette »), ce composteur permettra à terme de valoriser près de 45 kg de déchets organiques par mois. L’inauguration officielle est prévue à la rentrée.

Enfin, afin de ne négliger aucun impact majeur de l’établissement, nous allons réaliser un audit de performance énergétique sur le bâtiment (bâti ancien de près de 3000 m²), avec, là encore, le soutien financier de l’ADEME (subvention de 50%). Le Conseil Général nous a donné son accord pour cette démarche. Cet audit débouchera sur un plan d’action à court, moyen et long termes, précisant les pistes d'action prioritaires et permettant d’estimer le temps de retour sur investissement des éventuels travaux (compte tenu des économies d’énergie réalisables). »