Contact Espace presse English version

Zoom sur... Plurielles

janvier 2013

Situé en plein cœur du 9ème arrondissement de Paris, Plurielles est un centre d'hébergement d'urgence destiné à accueillir et accompagner des jeunes femmes âgées de 18 à 25 ans. Rupture familiale, violences familiales et/ou conjugales, absence de ressources financières, isolement, fragilité psychologique... Les facteurs sont multiples, les profils variés, mais toutes les résidentes se sont toutes retrouvées un jour en situation d'errance.

 

Plurielles - centreOuvert en juin 2011, Plurielles a été créé suite à un appel à projet concernant des structures d'hébergement innovantes lancé en 2009 par l'Etat, le Conseil régional d'Ile-de-France et la Ville de Paris.

A Paris, il n'existe aucun service de « bas seuil » réservé aux jeunes femmes de moins de 25 ans. Si certains centres d'hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) existent pour les jeunes femmes, aucun ne se positionne sur une inconditionnalité totale à l'entrée. Or, les jeunes de 18 à 24 ans sont les oubliés du « filet de solidarité » que la société a mis en œuvre pour les individus les plus fragiles. Avant 18 ans, les mineurs en grande difficulté familiale ou sociale relèvent de l'Aide sociale à l'enfance (ASE) qui, avec ses limites, assure une prise en charge obligatoire. A partir de 25 ans, les plus démunis ont droit au RSA. Mais entre ces deux âges, la société ne se fixe aucune obligation et l'on trouve parmi les personnes à la rue des jeunes en errance, qui entrent dans l'âge adulte livrés à eux-mêmes.

 

UNE PRISE EN CHARGE ADAPTEE

Plurielles - centreL'établissement dispose de 50 places : 29 chambres individuelles, 4 chambres doubles (en duplex) et 13 studios indépendants.

Colorés, spacieux et intégralement refaits à neuf, les locaux disposent d'une cuisine commune équipée, d'une grande salle de séjour, d'une buanderie et d'une salle informatique.

Les résidentes sont principalement orientées par le service intégré d'accueil et d'orientation urgence, géré par le Samu social de Paris. A leur arrivée, chacune s'entretient avec la directrice de l'établissement et un travailleur social, afin de recueillir quelques éléments sur leur parcours antérieur.
Cette entrevue donne lieu à un contrat de séjour qui détermine une durée de séjour renouvelable et rappelle le fonctionnement de l'établissement.

 

Plurielles - centre

La Quotidien au centre

Première règle : respecter les autres résidentes et le personnel encadrant.

Deuxième règle : respecter les horaires et les plannings, comme ceux qui régulent l'accès à buanderie et à la salle informatique. « L'apprentissage de la planification est très important, car prévoir c'est anticiper, voir l'avenir et être capable d'avancer », explique la directrice de Plurielles. Une sortie prolongée doit ainsi faire l'objet d'une demande écrite préalable.

Enfin, il est interdit aux jeunes filles de fixer des rendez-vous devant le centre car celui-ci doit rester un endroit neutre et totalement sécurisé.

Une quinzaine de professionnels assurent l'accueil, la gestion du quotidien, l'organisation d'activités et le suivi socio-éducatif. « Entre soutien moral et psychologique, j'essaie de nouer des relations de proximité avec les résidentes, mêlant autorité et présence rassurante », témoigne Yasmina, accueillante.
Durant leur séjour, le personnel encadrant s'emploie à résoudre leurs problèmes de santé, de logement, d'emploi... Ainsi, la majorité des résidentes est scolarisée ou suit une formation.

 

Une insertion sociale participative

Plurielles - centre

Plurielles travaille également avec un réseau de partenaires.

Par exemple, une équipe mobile d'information et de prévention santé (EMIPS) s'entretient une fois par mois avec les résidentes sur des sujets comme la nutrition, les infections sexuellement transmissibles, la contraception... Les résidentes bénéficient également du soutien ponctuel d'un psychologue. Par ailleurs, des sorties et ateliers pédago-ludiques sont régulièrement organisées : cinéma, photographie, zumba, coaching professionnel (rédaction d'un CV, préparation aux entretiens, etc.), écocitoyenneté, cuisine...

Plurielles - centre

Enfin, grâce au partenariat avec la fondation Chanel, les résidentes profitent de la présence d'une socio-esthéticienne deux fois par semaine. Des soins individuels sont délivrés les lundis et des ateliers manucure et maquillage sont proposés les jeudis. Cela participe à la reconstruction de l'estime de soi.

L'accompagnement social proposé par Plurielles se veut donc véritablement participatif, afin que chacune des résidentes soit actrice de sa propre réinsertion. « Il s'agit de les aider à se projeter sur le long terme, à faire des choix, déclare la directrice, directrice. Leur présence au sein de Plurielles, elles le vivent comme une chance. » La chance de bénéficier d'un lieu sûr où s'installer, mais également, parfois, l'opportunité de repartir de zéro. Une seconde chance, en somme.

DDB SHARE PARTAGE PLUS

collecte_boutique Ephémere - PluriellesParallèlement au programme de mécénat de compétences pour accompagner les projets de communication du Groupe SOS, DDB Share participe à la mise en place d'opérations concrètes au sein de certains établissements.
Avec Plurielles, ces actions de solidarité se conjuguent au féminin.

Beautiful day 

En juin dernier, les résidentes ont participé aux ateliers "cuisine et astuces », pour préparer des repas sains avec un petit budget, et "maquillage et coiffure », afin de favoriser une reconstruction positive de leur image.


Boutique éphémère

Grâce à la mobilisation de nombreux bénévoles et à une campagne de communication sur Internet, DDB Share a organisé une collecte de vêtements au profit des résidentes de Plurielles. Elles se sont vues délivrer des bons d'achat et ont pu faire leur shopping au sein du centre, aménagé en boutique le temps d'une journée.


Coaching professionnel

Une dizaine de résidentes sont accompagnées par un parrain qui les soutient et les conseille dans toutes leurs démarches d'insertion professionnelle.

 

 

Manel, 22 ans

« Plurielles m'a donné les moyens d'avancer »

A peine majeure, Manel quitte le domicile parental suite à des problèmes familiaux. Durant deux ans, sans aucune ressource financière, elle « vivote » chez des amis.
De nouveau contrainte à partir, elle se retrouve livrée à elle-même, sans argent ni domicile. « J'ai eu très peur, confie la jeune femme. J'ai appelé le 115, et après une nuit dans un centre d'accueil d'urgence mixte, on m'a redirigé vers Plurielles. Un lieu propre, calme et rassurant. »
Manel a quitté le lycée suite à des problèmes de santé mais souhaite reprendre ses études. Soutenue par l'équipe encadrante, elle s'inscrit en classe de terminale. On lui propose alors d'emménager dans un des studios indépendants destinés aux résidentes les plus autonomes. Manel paye 15?% de son loyer et bénéficie de l'aide du FNAU (Fonds national des aides d'urgence) dédiée aux étudiants recevables à une bourse mais dont la situation familiale (rupture, indépendance...) justifie un traitement spécifique de leur dossier.
Depuis qu'elle vit seule, elle se rend chaque semaine au centre pour un rendez-vous bilan avec son éducateur référent et la directrice de l'établissement. La prochaine entrevue portera sur la poursuite de ses études et son dossier logement.

Aujourd'hui, Manel a obtenu son bac. « Une victoire sur la vie », témoigne fièrement la bachelière, qui n'a pas manqué de fêter l'événement avec ses amies et l'équipe de Plurielles. Elle s'est inscrite en licence de Sciences médicales et sociales, à la faculté Paris XIII. « Mon bac, ma bourse, mon entrée en études supérieures, mon studio... Je le dois tout d'abord à moi-même et à ma volonté d'avancer malgré les obstacles. Plurielles m'a donné les moyens, le soutien nécessaire. Moi, j'avais la volonté. »