Contact Espace presse English version

Semaine du Don en Nature

mars 2013

semaine_du_don_en_nature_logo.jpg

"Moins de gaspillage, plus de partage". Le Groupe SOS est partenaire de l'Agence du don en nature.

En France, 400 millions d'euros de produits neufs non-alimentaires sont invendus et détruits chaque année, alors qu'on estime à plus de 8,6 millions le nombre de personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté*.

Du 25 au 29 mars, la semaine du Don en Nature, soutenue par les entreprises et mécènes historiques de l'Agence du Don en Nature (ADN), sera ponctuée par l'organisation de plusieurs évènements : des opérations spéciales de dons dans 5 régions de France (Nord-Pas-de-Calais, PACA, Ile-de-France, Centre et Rhône-Alpes), des témoignages de mécènes historiques de l'association et un grand débat sur l'enjeu économique et social de l'aide non-alimentaire.

Depuis sa création, l'agence a redonné plus de 22 millions d'euros de produits neufs de nécessité courante (douche, shampoings, vêtements, petit-électroménager, etc.) à près de 350 associations en France. 

Pour Jean-Marc Borello, Président du directoire du Groupe SOS, "l'initiative d'entrepreneuriat social de l'Agence du Don en Nature est exemplaire en matière d'innovation sociale", raison pour laquelle les deux organisations "ont tissé un partenariat pérenne". Depuis, plus de 35 établissements du Groupe SOS sont devenus partenaires d'ADN. En 2012, ces derniers ont pu bénéficier de 34 500 articles (gels douches, shampoings, vêtements, jouets, linge de maison, etc.), qui leur ont permis de réaliser une économie avoisinant les 100 000€.

Pour en savoir plus sur les enjeux de l'aide non alimentaire, écoutez "l'interview éco" de Brigitte Jeanperrin, diffusée sur France Inter le samedi 23 mars, avec Stéphanie Goujon, directrice de l'ADN, et Jean-Marc Borello, président du directoire et fondateur du Groupe SOS.

* Insee 2010

La Fabrique de Mouvements est une structure de semi-autonomie pour des jeunes sous mandat administratif ou judiciaire, de 16 à 18 ans à l'admission, hébergés individuellement en studios (et dont 97% sont originaires de la Seine Saint-Denis). Le centre éducatif renforcé (CER) d'Aubervilliers organise quant à lui des séjours de rupture pour 16 jeunes par an (à raison de 2 sessions de 5 mois chacune), qui permettent une orientation éducative pour ces jeunes strictement placés à titre pénal, leur évitant ainsi l'incarcération. Un salarié de l'établissement témoigne de l'aide apportée par l'ADN :

« Nombre de jeunes placés au CER y arrivent totalement « dépourvus » de vêtements ou de matériel d'hygiène. Nous avons donc profité du partenariat entre le Groupe SOS et l'ADN pour acquérir à très faible coût du matériel de qualité (deux commandes passées en 2010, pour un volume total de 9 palettes). Ainsi, pour moins de 1 200 euros de coûts réels, nos usagers ont pu bénéficier de près de 45 000 euros de produits. L'ADN propose par exemple des maillots de football qui ont été très appréciés par les jeunes, et qui permettent de les mettre tous sur un pied d'égalité : le retour de « l'uniforme » sans le côté ringard, en quelque sorte ! Nous avons également commandé un stock important de produits d'hygiène de qualité, que nous offrons lors des admissions. Enfin, nous avons pu enrichir notre choix de DVD et de CD, favorisant ainsi l'accès à la culture : l'occasion, pour nos usagers, de découvrir des produits qu'ils n'auraient parfois pas achetés. L'équipement des jeunes contribue ainsi à leur autonomisation : l'acquisition d'un aspirateur leur permet par exemple de participer à l'entretien de leur lieu de vie. »