Contact Espace presse English version

Zoom sur... l'AEMO 77

février 2014

équipe AEMO 77L’Action Educative en Milieu Ouvert (AEMO) émane d’une décision judiciaire qui repose sur un cadre légal (article 375.2 du code civil) et vise à protéger l’enfant vivant encore dans sa famille, dès lors que ses conditions de vie sont susceptibles de le mettre en danger ou lorsque ses parents rencontrent des difficultés dans l’exercice de leurs responsabilités éducatives. L’AEMO 77, en plus d’être mandatée sur les mesures d’AEMO dites « classiques », offre la possibilité d’un hébergement de courte durée (moins de 72h), associée à la mesure « renforcée », afin de répondre aux situations de forte tension ou d’urgence. Dans le département de la Seine-et-Marne, c’est le seul service qui propose cette possibilité de prise en charge. 

 

Depuis bientôt un an, l’AEMO 77 intervient auprès des familles pour dénouer des situations de tension et de conflits. Grâce à une équipe élargie, constituée de 12 travailleurs sociaux (de formations différentes et complémentaires), d’une Technicienne de l'Intervention Sociale et Familiale (TISF), ainsi que de psychologues, chaque mesure peut bénéficier d’un croisement des regards de différents professionnels, permettant d’appréhender au mieux chaque situation.

Le service prend actuellement en charge 180 mesures d’AEMO classique et 40 mesures d’AEMO renforcée. L’équipe s’est étoffée en fonction des mesures prises en charge par le service depuis son ouverture et continue de s’agrandir. L’idée, comme le souligne Laurent Audry, Directeur de l’AEMO 77, vient  « d’une volonté de mettre de la souplesse dans des situations où l'on a besoin de trouver des clés, d’innover ou d’inventer des réponses susceptibles d'être en adéquation avec les besoins des familles ».

Pour chaque nouvelle mesure, l’AEMO 77 est mandatée et reçoit une ordonnance qui définit les objectifs à atteindre avec le jeune et sa famille. Le service s’adresse aux mineurs âgés de 0 à 18 ans et couvre toute la partie Nord du territoire seine-et-marnais, ce qui nécessite une grande adaptabilité de la part de l’équipe éducative. « On est sur une amplitude d’intervention qui est large au niveau géographique, mais une amplitude qui est large aussi sur la tranche d’âge, il faut composer avec ces données », explique l'équipe.AEMO 77

 

« De ''comprendre ce que je viens faire ici'', on passe à ''venez donc chez moi'' » : le défi de l’équipe éducative

 

Plusieurs étapes successives doivent être franchies afin de dénouer une situation de danger pour l’enfant et de rétablir la place éducative des parents. Il faut, pour cela, que la famille accepte la mesure avant même d’accepter l’intervention. « Il faut déjà essayer de trouver une grammaire commune pour que l’on puisse aider les familles à mieux comprendre ce que nous venons faire chez elles », explique le Directeur. « On arrive ensuite au deuxième challenge qui est de faire en sorte que la famille nous accepte dans son intimité. Comment des personnes que je  ne connais pas, mandatées par le juge, peuvent venir chez moi me dire ce que j’ai à faire ?... De ‘’comprendre ce que je viens faire ici’’, on passe à ‘’venez donc chez moi !’’ ». Pour cela, il faut pouvoir intégrer le système familial tout en évitant d'en devenir acteur ou membre pérenne, au risque de ne pas pouvoir se retirer.

 

Protection de l’enfance et valorisation des compétences parentales : deux axes fondateurs du projet de l’AEMO77

 

La mission de l’AEMO renforcée est particulière. Elle doit s’effectuer dans un temps plus restreint qu’une AEMO classique, et intervient dans un cadre de forte tension familiale. Les interactions avec la famille sont plus soutenues et peuvent conduire à plusieurs rencontres dans la semaine, contrairement à une visite en AEMO classique, toutes les deux ou trois semaines.

Chaque mesure d’AEMO renforcée est suivie par deux éducateurs spécialisés. Ces mesures nécessitent une grande disponibilité et impliquent des horaires d’intervention plus larges. Un numéro d’astreinte, ouvert 24h/24, 7jours/7, a été mis en place pour l'AEMO renforcée, permettant aux familles de pouvoir joindre le service en cas de crise, pour éventuellement se voir proposer un hébergement d’urgence au sein de l’AEMO 77, si la situation n’arrive pas à être résorbée.

Pour le Directeur, Laurent Audry, le socle de leur travail est d’étayer la fonction parentale. Dans ce cadre « l’hébergement prend un autre sens, et ne relève pas que d’une réponse à une crise, mais devient un outil pour que les parents puissent souffler, une soupape pour éviter, autant que possible l’explosion ». Cependant, ce numéro d’astreinte ne peut être efficace que s’il est utilisé par les familles. C’est en cela que l’équipe doit parvenir à instaurer un lien de confiance et faire en sorte que l’appel soit la solution adoptée en cas de situation conflictuelle, plutôt que cette situation ne soit cachée par crainte d’une séparation.

L’un des principes fondateur de l’AEMO 77 consiste à reconnaître et valoriser les potentialités familiales.  « La protection de l’enfance nous oblige sans cesse à créer, innover et prendre des risques dans l’intérêt des enfants, des adolescents et de leur famille, afin d’éviter de laisser s’installer l’idée que devant toute difficulté « supposément » insurmontable, seule la séparation est salvatrice », explique le Directeur. « Tout parent peut, à un moment de son parcours de vie, se trouver en difficulté dans l’éducation de son enfant. C’est par la mobilisation de nos énergies, de nos moyens, que nous pouvons tenter d’aider à infléchir une trajectoire inéluctable, orientée vers la séparation ».

 

« Voir l’enfant autrement », l’objectif de l’accompagnement au quotidien

 

Afin de mener à bien le projet éducatif et d'instaurer un lien de confiance avec les familles, des activités sont mises en place. Majoritairement le fait d’initiatives individuelles et adaptées en fonction des réalités d’une situation, certaines d’entre elles tendent à s’institutionnaliser. C’est le cas par exemple de l’atelier cuisine, ou de l’atelier marionnettes. D’autres activités, plus ponctuelles, sont aussi proposées et constituent des temps d’échanges privilégiés entre l’enfant et le parent. Ces moments, permettent aux familles de sortir de leur contexte quotidien et de se découvrir ou de se re-découvrir. D’autres activités, à destination des adolescents, sont aussi organisées, comme des après-midi bowling.

829482_48917166.jpgCet été, un séjour a été organisé par deux éducatrices spécialisées. Cinq enfants de moins de 10 ans sont partis en vacances, sans leurs parents, dans une maison de campagne. « Des vacances normales, comme tout le monde », souligne l’éducatrice, « l’année prochaine on organisera un séjour famille ». Il est vrai que s’il s’agit bien de veiller au bon développement de l’enfant dans toutes les composantes de sa vie, il évolue avant tout dans un milieu de vie familial. C’est pourquoi, plus des trois quarts du travail sont effectués aux côtés de l’adulte. « Il faut réussir à intervenir en aidant les parents, en les aidant à changer un système qui se répercute sur l’enfant. Ce sont des choses qui peuvent se passer lors de promenades, de discussions, de groupes de parole…», explique une éducatrice.  

En plus des activités proposées, et pour une lecture plus adaptée au contexte et à la construction de réponses avec la famille, l’équipe est en étroite collaboration avec les partenaires institutionnels : le Conseil général, l’Education nationale, le secteur pédopsychiatrique, ou encore les services de droit commun (logement, santé…).

 

Le 1er février, l’AEMO 77 soufflera sa première bougie. Le service est sans cesse en phase de construction, de questionnement et de développement. Cependant, il semble déjà bien implanté dans son territoire et sera prochainement consulté par le Conseil général de Seine-et-Marne, qui souhaite diffuser de nouveaux appels à projets en vu de la création de nouvelles mesures d’AEMO renforcée.