Zoom sur l'ITEP « Le Petit Prince »

octobre 2014

L’ITEP « Le Petit Prince »  est un établissement structuré autour de petites unités. Il peut accueillir 40 enfants exclusivement en internat.

itepL’ITEP « le Petit prince » est conçu autour de 4 unités :

  • L’unité des poussins pour les 7 ans – 10 ans
  • L’unité des cadets pour les 11 ans -14 ans.
  • L’unité des juniors pour les 15 ans – 18 ans voire 21 ans
  • L’unité des explorateurs : est constituée de studios qui hébergent des jeunes inscrit dans un processus d’autonomisation globale. Ils ont entre 16 ans et 21 ans et ils doivent être inscrits dans une dynamique d’insertion professionnelle.

Habituellement les ITEP se composent d’unités de 20, 25, 30 enfants. Le Petit Prince a fait le choix d’en accueillir 10. Sa directrice s’en explique « Nous avons estimé  que ces petites unités permettent de préserver les gamins parce que les 16 ans - 17 ans n’ont rien à faire avec des gamins de 7 ans. Les projets ne peuvent pas être identiques, il n’y a pas les mêmes besoins. D’ailleurs nous avons un règlement de fonctionnement par unité. On ne permet pas la même chose à 7 ans qu’à 15 ans ou qu’à 17 ans comme par exemple l’heure du coucher, ou le projet pédagogique. Nous avons mené cette réflexion pour proposer une prise en charge individuelle et collective avec cet ensemble de gamins de tout âge avec des troubles divers et variés. »

L’ITEP le Petit Prince s’est doté d’un pôle thérapeutique qui est composé d’un psychiatre à temps plein, un psychologue à temps plein, une psychomotricienne à mi temps, une orthophoniste à mi temps, un infirmier à temps plein et un médecin généraliste 4 mâtinés par itepmois. Chaque unité compte 7 éducateurs. Chaque éducateur est référent de deux enfants maximum. La direction a mis en place la notion de co-référence pour qu’il y ait une continuité, lorsqu’un éducateur est absent. Dans les unités les éducateurs sont soutenus par 6 maitresses de maison. « La maitresse de maison fait partie des postes éducatifs, c’est la mère nourricière, c’est celle qui cajole les gamins, c’est celle à qui on se confie, les gamins lui donnent des informations qu’ils ne donnent ni aux éducateurs, ni au psychologue ». Les éducateurs sont aussi soutenus par le pôle pédagogique constitué d'une unité d’enseignement.

L’Education Nationale doit mettre à disposition des enseignants spécialisés pour permettre la scolarisation des enfants. L’équipe est composée également de deux éducateurs scolaires qui ont déjà enseigné. Madame Ouachani se montre exigeante quand à la compétence et à la technicité de ses équipes, elle nous explique : « Nous accueillons des enfants qui attaquent le lien, la relation à l’autre, il y a une méfiance vis à vis de l’adulte. Il faut établir une relation de confiance entre un éducateur et un enfant. L’enfant va tester ce lien, le mettre à mal. Les professionnels de l’équipe doivent être en mesure et en capacité de se rendre compte que ces gamins ne le font pas sciemment. Les professionnels de mon équipe n’ont pas le droit à l’approximation, j’attends d’eux qu'ils se montrent réfléchis, innovants, techniques et patients car l’accompagnement des enfants ayant des troubles du comportement nécessite du temps avant de voir les premiers bénéfices de la prise en charge. »

Contrairement à de nombreux ITEP, « Le Petit Prince » est situé en zone urbaine ce qui permet une forte ouverture sur l’extérieure. Des partenariats ont déjà étaient mis en place sur les villes de Pierrefitte et Villetaneuse sur lesquelles se situe l'ITEP, ce qui permettra d’utiliser les dispositifs sportifs, culturels, artistiques des deux villes. La scolarisation partielle en milieu ordinaire est un axe important de la prise en charge. En effet, les troubles du comportement sont envahissants pour l’enfant et ne lui permettent pas d’assimiler les apprentissages. C’est pourquoi cet ITEP, fort de ses spécificités, s’est doté de matériel ludique adapté comme des tableaux numériques.

itepLes enfants accueillis peuvent présenter de nombreux troubles : des problèmes de rapport à la loi, des difficultés de lien, tous les troubles « dys » comme la dyslexie. Les troubles peuvent se manifester sous forme de crises assez importantes avec des hurlements, des coups portés à l’adulte. Ces enfants sont très agités et anxieux. La MDPH adresse à la directrice des dossiers d'enfants avec une notification pour une orientation en ITEP. Normalement, c’est aux familles de prendre contact avec la structure, mais une fois de plus « le Petit Prince » se distingue d’un dispositif classique : «  Nous prenons les devants pour savoir si les familles veulent nous rencontrer. Je pense que ça peut faciliter la procédure d’admission, c’est un choix de notre part car souvent on oublie qu’on est en lien avec des familles en difficulté, pour qui prendre un rendez-vous n’est pas si simple, car la gestion de leur propre vie est compliquée. »

L’accompagnement des parents dans l’acceptation du handicap de leur enfant est aussi un axe important de la prise en charge de l’enfant. L’Assistante sociale et la psychologue de la structure proposeront un café parent. La directrice nous éclaire : « C’est nécessaire, car il y a des parents qui peuvent être extrêmement violents dans leurs propos comme si les troubles du comportement n’étaient pas un handicap. Nous faisons l’hypothèse qu’avec le café parents, le fait d’entendre d’autres parents parler du comportement de leur enfant, va leurs permettre de se rendre compte que ça ne concerne pas que leur enfant, que ces troubles ne sont pas des provocations à leur égard mais véritablement un handicap. »