Contact Espace presse English version

Zoom sur Fermes d'Avenir

juin 2016

Créée en 2013, Fermes d'Avenir a rejoint le GROUPE SOS en mars 2016. L'association a pour projet sociétal ambitieux de promouvoir un nouveau modèle d’agriculture, basé sur les principes de l’agroécologie et tenant compte du contexte socio-économique qui doit évoluer.

A l'origine du projet, un pari

maximeEn août 2012, Maxime de Rostolan, ingénieur de formation, a fondé l’association Fermes d’Avenir. Son pari ? Démontrer scientifiquement et par une expérience de terrain que l’agroécologie est plus rentable que l’agriculture conventionnelle. Louis Albert de Broglie qui l’accompagne dans ce projet, a mis à disposition une parcelle de son domaine de la Bourdaisière, situé à Montlouis-sur-Loire (Indre-et-Loire). C’est sur ce terrain qu’une micro-ferme en maraîchage est installée afin d’expérimenter le modèle agricole inspiré de la permaculture.

« Concrètement, l’idée est de monter une ferme sur 1,4 hectare et de prouver que l’on arrive à l’équilibre économique dès la quatrième année, que cette ferme coûte moins cher qu’un tracteur, qu’elle peut produire beaucoup plus que l’agriculture conventionnelle et que l’on peut créer 3  emplois sur 1,4 hectare » explique Maxime de Rostolan.

les enjeuxLe contexte socio-economique

L’agriculture ne représente plus que 2% de l’emploi en France, 5 fois moins qu’il y a 50 ans. Les sols, mis à mal par les pratiques d’exploitation mécanisées et chimiques, ne remplissent plus leur fonction régulatrice de biodiversité, de séquestration de carbone et de conservation des écosystèmes. La duplication sur le territoire du modèle agroécologique permettrait de préserver les sols et d’assurer la transition énergétique. Les indices écologiques plaident aussi en faveur de la réduction de la taille des exploitations agricoles, et donc de l’augmentation de la population active dédiée à ce secteur. Un facteur qui favoriserait la création d’emplois dans le secteur agroalimentaire.

un projet de sociETE

Fermes d'Avenir est une association qui expérimente, sur une petite surface, la viabilité économique et écologique de techniques agroécologiques intensives, inspirées de différentes approches comme la permaculture. L'enjeu de cette expérience de terrain est de valider la démarche d'installation de fermes à taille humaine et d'analyser les résultats en matière de productivité. D'autres micro-fermes verront rapidement le jour en favorisant la création de nombreux emplois.

Qu'est-ce que la Permaculture ?permaculture

La permaculture est une méthode de conception d'écosystèmes humains durables sur le plan environnemental, équitables socialement et viables économiquement. Son premier domaine d'exploitation et d'application a été l'agriculture, pour ensuite se diversifier et s'appliquer à l'habitat, la santé, le commerce... L'application de l'éthique et des principes de la permaculture conduit à penser une agriculture qui s'inspire des écosystèmes naturels, en reproduisant les interactions que l'on y observe. 

Pour Maxime, « il faut savoir travailler avec la nature et non contre elle ». Dans un écosystème équilibré, les espèces coopèrent entre elles et la permaculture valorise au maximum cette propriété. Un équilibre naturel que souhaitent favoriser les équipes de Fermes d’Avenir sur le domaine de La Bourdaisière. A titre d’exemple, les coccinelles aident à lutter contre les pucerons et remplacent ainsi les pesticides. 

Les 3 objectifs de fermes d'avenir

  • Créer une micro-ferme expérimentale qui soit rentable économiquement. Afin d’évaluer le modèle économique de la parcelle test, les équipes de Fermes d’Avenir relèvent tous les chiffres dont les chercheurs de l’INRA peuvent avoir besoin (le temps de travail, les coûts, l’évolution de la production).

  • Constituer une boîte à outils pédagogique : informer et sensibiliser sur les questions à se poser pour créer une micro-ferme s’inspirant de la permaculture et permettre à toute personne qui le souhaite de reproduire ce modèle.

  • Promouvoir ce modèle au niveau des politiques publiques nationales et territoriales pour le dupliquer sur l’ensemble du territoire. Fermes d’Avenir s’est dotée pour cela d’un comité scientifique. Celui-ci évalue et chiffre les impacts positifs de la parcelle-test pour inscrire le projet dans une réalité économique, condition nécessaire à sa duplication.

microfermeune nouvelle vision du territoire

Fermes d’Avenir met en place un nouveau paradigme de la société : des fermes qui respectent les écosystèmes naturels, proposent un modèle économique viable et sont porteuses d’un message positif pour les générations futures. L’ambition de Fermes d’Avenir ? Faire de ces micro-fermes les fermes de demain.

ils en ont parlé

En 2016, Fermes d’Avenir a suscité l’intérêt de nombreux médias. Le Monde a publié un article, le 1er mars, sur le parcours de Maxime de Rostolan et ses ambitions pour promouvoir le modèle agroécologique. Le 30 mars, il était au côté de Nicolas Hulot sur le plateau d’Europe 1 pour présenter le projet de Fermes d’Avenir. Les 3 et 20 avril, LCI et Challenges se sont respectivement intéressés à l’association. L'association Fermes d'Avenir a fait l'objet d'un reportage dans le magazine "Un oeil sur la planète", diffusé le 16 juin sur France 2. Le 28 juin sur LCI, Maxime de Rostolan était l'invité de la chronique "Vue sur la planète" pour présenter le projet Fermes d'Avenir et expliquer les principes de la permaculture.

 

>> Découvrez Fermes d'Avenir et son projet pour inventer l'agriculture de demain