AccueilActualités › Quand les pratiques alimentaires modifient le paysage sanitaire

Quand les pratiques alimentaires modifient le paysage sanitaire

octobre 2016

L'alimentation d'aujourd'hui et de demain est devenue un enjeu majeur de société, en Europe comme ailleurs. En Tunisie et en Mongolie, Santé Sud favorise l'adoption de nouvelles pratiques alimentaires en faveur du "manger mieux" grâce à deux projets innovants. L'objectif ? Répondre aux problèmes de santé publique engendrés par une mutation des modes de vie et de consommation, induite par un accès facilité à des produits alimentaires nouveaux.

TunisieL'obésité juvénile en Tunisie : un enjeu majeur de santé publique

« Le nombre de fastfoods tunisiens a doublé en moins de dix ans et le mode de vie a profondément changé l’alimentation, avec comme conséquence une augmentation effarante du nombre de jeunes de 18 à 25 ans obèses ou en surpoids, soit 27% d’entre eux ! ». C''est le constat que dresse Fatma Ben Hafsa, présidente de l’Association tunisienne d’éducation nutritionnelle sans frontières, engagée avec Santé Sud dans la lutte contre les mauvaises pratiques alimentaires des étudiants à Tunis.

Les deux associations utilisent les technologies de l’information et de la communication (TIC) pour sensibiliser les jeunes à l’alimentation, une démarche novatrice en Tunisie. Par exemple, une enquête sur les habitudes des jeunes en matière d’alimentation et d’activité physique, ou encore une campagne de sensibilisation et de conseils nutritionnels ont été transmis via Internet, Facebook et par sms. « La force de ce projet de recherche-action repose cependant sur la combinaison des TIC avec les activités menées à l’université » assure Imen Ben Abdennabi, chef de projet Santé Sud à Tunis. « Citons la mise en place d’un dispositif d’éducation nutritionnelle, co-animé par une psychologue et une nutritionniste, des événements comme des concerts ou la distribution de fruits et légumes par une association d’étudiants pour les sensibiliser, l’encadrement de personnels du Resto U sur le campus El Manar par des nutritionnistes, des entretiens individuels pour conseiller les jeunes ».

En Mongolie, le bonheur est dans la serreMongolie

En partenariat avec l’ONG GERES, spécialisée dans la protection de l’environnement, Santé Sud propose un projet-pilote qui combine agriculture innovante, nutrition et éducation sanitaire en Arkhangaï.

Plaine aride, reliefs montagneux... En Mongolie, les centres de santé sont parfois très difficiles d’accès, en particulier en hiver, souvent long et rigoureux. La population, récemment sédentarisée, développe des pathologies liées à une alimentation saturée en graisse animale et en mauvais glucides issus des produits industriels.

Pour répondre à ce problème de santé publique, chaque centre de santé a sorti de terre une serre solaire en lien avec Santé Sud. Carottes, épinards, tomates et autres légumes poussent 8 mois sur 12 pour varier le menu des patients, invités à visiter la serre. Une biologiste et experte de santé publique est chargée de réaliser un état des lieux et de capitaliser cette expérience afin de l’étendre à d’autres régions, comme le souhaitent les ministères de la Santé et de l’Agriculture mongoles. « Ce projet emballe tout le monde : les ministères s’enthousiasment, les personnes malades sont curieuses et intéressées, les soignants sont en demande d’informations pour conseiller les patients sur les vertus des légumes en fonction de leur pathologie ». C'est dans ce cadre qu'une mission de formation sur ce thème leur est dispensée en octobre par un médecin nutritionniste et anthropologue de la santé... « Ce que je trouve ingénieux et créatif, c’est cette synergie entre deux ONG complémentaires et les acteurs locaux qui intègrent les enjeux environnementaux, sanitaires et sociaux dans un même projet ! ».

Rejoignez les équipes de Santé Sud à Marseille

Vous avez jusqu'au 3 novembre pour postuler à l'offre de volontaire en service civique (service communication) actuellement disponible.

>> Découvrir l'offre

>> En savoir plus sur Santé Sud

 

Rejoignez les équipes de communication de Santé Sud à Marseille

Vous avez jusqu'au 3 novembre pour postuler à l'offre de volontaire en service civique (service communication) actuellement disponible.