Portrait d'Aminata Konate

mai 2018

Aminata Konate, Coordinatrice au sein du Centre d'hébergement d'urgence (CHU) migrants Argenteuil (Val-d'Oise).

Pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel avant et après votre arrivée au GROUPE SOS ?

aminatakonate« Après un master 2 « Coopération Internationale et ONG », j’ai intégré le GROUPE SOS en 2016, pour un stage de 6 mois à la Direction générale de GROUPE SOS Solidarités, pour une mission d’ouverture de 8 Centres d’accueil pour demandeurs d’asile (CADA). À l’issue de cette mission, j’ai souhaité intégrer une structure qui accueillait des migrants. J’avais besoin d’être plus au contact des bénéficiaires. Quelques semaines après, j’ai intégré pendant 2 semaines le Centre d’hébergement d’urgence (CHU) migrants de la Porte de Saint-Ouen, en tant que travailleur social puis, un CHU situé à Blanc-Mesnil (5 mois). J’ai ensuite été mutée à Aulnay Garonor, pendant 10 mois, jusque décembre2017. Je suis aujourd’hui Coordinatrice référente du CHU migrants Argenteuil. »

En quoi consiste votre métier ?

« D’une part, je m’occupe du suivi social et administratif des résidents du CHU et d’autre part, j’assure une présence et un accompagnement quotidien en suppléance du Chef de service. Je suis également la référente pour les contacts avec la préfecture, l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFI) et le Groupement d’intérêt public habitat et interventions sociales (GIP). Je travaille avec l’équipe du CHU, composée du Directeur, du Chef de service et de deux autres travailleurs sociaux. Nous accueillons 75 migrants au sein du Centre, uniquement des hommes, de nationalités diverses (afghans, soudanais, somaliens…). Notre objectif premier est de les mettre à l’abri et de les accompagner dans leurs différentes démarches administratives. Nous leur proposons également des activités : cinéma, musée, sports, ateliers de sensibilisation aux discriminations… En juin dernier, à l’occasion des Rencontres avec le GROUPE SOS, nous avons par exemple organisé un grand tournoi de foot entre tous les CHU migrants d’Île-de-France ! Les personnes que nous accueillons ont vécu des parcours migratoires difficiles et face à la complexité des démarches administratives, elles peuvent perdre espoir. Pour l’équipe, il est essentiel de leur proposer des activités qui peuvent leur faire du bien. Nous essayons également de développer un maximum de partenariats avec les acteurs locaux pour des activités sportives, des cours de français… ».

Comment se déroule une journée« type » au sein du CHU Argenteuil ?valeurs

« Le matin, à mon arrivée, je vérifie que tout va bien au sein du Centre et que tout s’est bien déroulé la veille. Jusqu’à présent, il n’y a jamais eu d’incident. Puis les journées sont organisées par rendez-vous. Nous voyons les résidents individuellement, pour parler avec eux de l’évolution de leurs parcours et essayer de débloquer les situations. Par exemple, nous trouvons des avocats qui proposent une aide juridictionnelle pour les accompagner dans leurs démarches. Je gère également les liens avec la préfecture et avec nos partenaires. Pour communiquer avec les résidents, l’équipe parle français et anglais, j’ai même appris quelques mots de pashto (parlé en Afghanistan et au Pakistan) et d’arabe. Nous pouvons aussi faire appel à l’ISM interprétariat si nous avons besoin d’un interprète. Si nécessaire, nous orientons les résidents qui se sentent fragiles vers des structures leur proposant un soutien psychologique. ».

Avez-vous un moment / un souvenir dans l’exercice de votre métier qui vous a particulièrement marqué ?

« Je n’ai pas un souvenir en particulier. Ce qui m’a marqué, ce sont tous les moments où l’on voit l’un des résidents évoluer, retrouver confiance, s’ouvrir, ou dont la situation s’éclaircit. Ce sont tous ces moments qui m’animent. Quand les migrants arrivent au CHU, ils sont dans l’inconnu, et de voir au fur et à mesure des semaines qu'ils s’ouvrent et ont l’air de mieux se porter, c’est ce qu’il y a de plus réjouissant dans ce métier. »

>>> En savoir plus sur le Pôle Urgence Migrants