Accompagner les femmes victimes de violences

novembre 2018

A l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, le 25 novembre, découvrez 3 initiatives portées par le GROUPE SOS en faveur de l’accompagnement des femmes victimes de violences.

Le constat du GROUPE SOS

femmesEn Ile-de-France, les femmes représentent 64% des adultes accueillis dans les 11 structures d’hébergement de droit commun du Groupe (Centres d’hébergement d’urgence et Centres d'hébergement et de réinsertion sociale). Environ une centaine de femmes seules avec enfants ont été accueillies en 2017, représentant la très grande majorité des familles monoparentales hébergées. 

Les femmes en situation de précarité accueillies dans nos établissements ont bien souvent connu des parcours traumatiques. La précarité intervient comme facteur de risque aggravant l’exposition aux violences. Nous observons que les violences ont des répercussions sur tous les pans de la vie : l’emploi, l’état de santé et de bien-être mais aussi sur les enfants et la parentalité.

FOCUS SUR 3 INITIATIVES

SANTÉ PLURIELLE, un programme d’accès aux soins et à la santé pour les femmes victimes de violences

sante plurielleLancé en 2016 par GROUPE SOS Solidarités, le programme expérimental Santé Plurielle vise à favoriser l’accès à la santé des femmes en situation de précarité qui ont vécu des parcours traumatiques et violents. À la précarité économique des femmes accueillies dans les structures sociales s’ajoutent bien souvent des parcours de violences, une difficile relation au corps, un état de santé physique et/ou mental dégradé et de nombreuses mises en danger (addictions, prostitution...). Face à ces problématiques particulières des femmes accueillies en structures sociales, les référent.e.s sociaux.ales manquent souvent de réponses et d’outils adaptés permettant de lever les freins à l’accès aux soins et de rendre les femmes actrices de leur parcours de santé.

Les actions s’adressent à l’ensemble des parties prenantes du projet et proposent des niveaux d’intervention complémentaires :

  • Pour les résidentes des centres : En réponse aux besoins identifiés, Santé Plurielle diversifie l’offre des interventions au sein des centres d’hébergement avec des activités de remobilisation (sport, ostéopathie...), de prévention et de consultation (psychotraumatismes...).
  • Pour les équipes sociales : Les travailleurs sociaux des différents centres sont amenés à participer à des temps de formations animés par des expert.e.s. Les professionnel.le.s participent également à des temps d'échanges de bonnes pratiques et de rencontres avec des partenaires opérationnels vers lesquels orienter les femmes.
  • Pour le réseau de partenaires : Santé Plurielle développe tout un réseau de partenaires médico-sociaux pour répondre aux besoins physiques et psychiques des femmes. Ces contacts sont mutualisés entre les différents centres d’hébergement membres, et des temps de rencontres sont organisés pour renforcer les liens et sensibiliser l’ensemble des intervenant.e.s.

Santé Plurielle en chiffres :

  • 23 centres d’hébergement franciliens partenaires
  • Plus de 60 acteurs du territoire porteurs d’actions sur le sujet de la santé des femmes engagés dans le projet
  • 200 professionnel.le.s mobilisés
  • Près de 200 femmes engagées dans le programme

En savoir plus sur Santé Plurielle

JOSéPHINE, un réseau de salons de beauté qui aident les femmes victimes de violences et en situation de grande précarité à reconstruire l’estime d’elle-même

josephineJoséphine, association de GROUPE SOS Emploi, a été créée en 2006 à partir du constat que la précarité rend difficile voire impossible l’accès aux soins de beauté et affecte l’estime de soi. L’association repose sur une conviction : porter un regard positif sur soi-même est primordial pour se reconstruire socialement ou accéder à l’emploi. En travaillant sur la coiffure, l'esthétique, le maquillage, Joséphine aide les plus démunies à se réconcilier avec leur image, tout en intégrant les codes sociaux qui faciliteront leur réinsertion professionnelle et sociale, et plus globalement, leur reconstruction suite aux violences qu’elles peuvent avoir subies.

Les femmes victimes de violences, d’autant plus exposées si elles sont en situation de précarité, sont l’un des publics historiques de l’association. Chaque année, Joséphine accompagne, dans son salon parisien, plus de 50 femmes orientées par des associations spécialisées dans les violences faites aux femmes (HAFB, Mouvement du nid, KEPES, Tremplin 94, CIDFF, ect.).

Chaleureux, accueillants, et paisibles, les salons Joséphine proposent à ces femmes une pause dans un quotidien parfois peu sûr, où elles peuvent couper avec le monde qui les entoure, se réfugier dans un lieu protégé. Lors de focus groupes réalisés en juin 2017, des femmes ont fait part de leur ressenti vis-à-vis du salon, qu’elles qualifient de « havre de paix au milieu de l’enfer ».

Joséphine en chiffres :

  • 3 salons (Paris, Moulins et Clermont-Ferrand)
  • 1000 femmes accueillies en 2017
  • 6 000 femmes accueillies depuis la création de Joséphine
  • 250 structures aujourd’hui partenaires

En savoir plus sur Joséphine

L’ECOLE DES FEMME, un lieu de prévention, d’accès aux droits et de promotion de la santé à destination des femmes migrantes

manaMana est une association de GROUPE SOS Solidarités, qui propose des soins et des actions de prévention auprès des populations migrantes.

Créé en 2002, le pôle Ecole des Femmes se situe dans un appartement au cœur du Quartier Politique de la Ville (QPV) des Aubiers, à Bordeaux. Sa mission ? Améliorer la santé des habitants, spécifiquement des femmes migrantes. Ses actions s’articulent autour de deux objectifs principaux. Elle favorise d'une part, l’accès aux droits, à l’information et aux soins via une médiation et de l’interprétariat entre publics bénéficiaires et institutions sanitaires, sociales et scolaires et développe d'autre part, des actions de prévention et de promotion de la santé, particulièrement pour les femmes.

En 2017, les professionnel.le.s ont accompagnés des femmes ayant des expériences liées aux violences conjugales, communautaires et sexuelles, ou qui étaient survivantes de violences extrêmes (politiques et sociales). Ces situations requièrent des médiations plus longues et d’étendre le spectre des accompagnements physiques afin de permettre aux femmes de se rétablir globalement et d’éviter l’isolement.

L’Ecole des Femmes aide ces femmes à se reconstruire sur les plans psychologiques et sociaux. Elle a développé des espaces de médiation, d’expression individuelle et collective de ces violences à travers des permanences individuelles, des causeries autour de l’expérience de femmes migrantes et du droit des femmes, des ateliers couture thérapie ainsi que des outils d’information autour des questions de droit pour les femmes migrantes.

L’école des femmes en chiffres :

  • Plus de 300 femmes accueillies en 2017
  • 1695 médiations individuelles sanitaires, sociales, scolaires et culturelles menées en 2017
  • En 2017, plus de 60 ateliers d’art thérapie proposés  
  • Plus 25 partenaires mobilisés autour du projet

En savoir plus sur Mana et l'Ecole des Femmes