Accueil › Protection de l'enfance : rencontre avec Laetitia Guesdon, monitrice-éducatrice au SAJE 22

Protection de l'enfance : rencontre avec Laetitia Guesdon, monitrice-éducatrice au SAJE 22

octobre 2019

Découvrez le parcours, le métier et les valeurs qui guident Laetitia Guesdon, monitrice-éducatrice au Service d'accueil de jour éducatif (SAJE) 22 en Bretagne.

laetitia guesdon

Pourriez-vous revenir sur votre parcours professionnel avant d'intégrer le GROUPE SOS ?

« Je travaille dans le secteur social et médico-social depuis 15 ans. J’ai commencé en tant qu’agent de service hospitalier en cancérologie lorsque j’étais étudiante. Je suis ensuite devenue maîtresse de maison en pouponnière puis remplaçante éducative dans une Maison d’accueil spécialisé (MAS), où je m’occupais de personnes atteintes de polyhandicaps psychologiques et moteurs. En parallèle, j’ai repris mes études de monitrice-éducatrice. Après l’obtention de mon diplôme en 2013, j’ai quitté le milieu du handicap pour me diriger vers celui de l’action sociale. J’ai ainsi travaillé dans un Centre d’accueil de jour dédié aux publics en situation de précarité, puis dans un Centre d’hébergement d’urgence dédié aux femmes victimes de violences et aux primo-arrivants sur le territoire français. J’ai notamment participé au démantèlement de la jungle de Calais. Cette expérience a vraiment été enrichissante pour moi. J’y ai rencontré des gens aux origines et aux parcours de vie variés. En une journée de travail, je faisais le tour du monde. J’ai ensuite voulu découvrir un nouveau domaine. Lorsque j’ai appris qu’un Service d’accueil de jour éducatif (SAJE) allait ouvrir à Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor), j’ai tout de suite postulé. Je voulais travailler au contact d’un nouveau public, les familles. C’était pour moi un nouveau challenge. La directrice de l’époque, Andrée Fréderic, l’a compris et m’a fait confiance pour ce poste. »

En quoi consiste votre métier aujourd’hui ? 

« Le SAJE accueille 20 enfants âgés de 7 à 13 ans. Leurs familles sont orientées vers nous dans le cadre d’une procédure judiciaire ou dans le cadre d’un contrat passé avec l’Aide sociale à l’enfance (ASE). Nous accueillons les enfants deux à trois soirs par semaine après l’école et, parfois, le mercredi ou le samedi. Sport, promenades, soutien scolaire, sorties culturelles, ateliers… De multiples activités leur sont proposées. Cela nous permet d’observer leurs comportements afin de mieux saisir l’environnement familial et affectif dans lequel ils évoluent. Nous construisons ensuite un projet éducatif sur-mesure en lien avec les familles car même si les enfants sont au coeur du dispositif, les parents occupent une place tout aussi importante. C’est l’une des innovations du SAJE : les parents sont pleinement intégrés au projet pédagogique et considérés comme les principaux acteurs de leur changement de situation. L’objectif de notre structure est de donner l’opportunité aux familles de reconstruire leur lien, de rétablir des relations apaisées et ainsi de retrouver le chemin vers la sérénité. »

Quelles sont, pour vous, les valeurs les plus importantes dans votre métier ?

« La tolérance vis-à-vis des situations qui nous sont confiées. Les familles sont souvent orientées vers nous à la suite d'un jugement. Nous souhaitons sortir de ce mot "jugement" et accueillons les parents avec bienveillance et empathie. Nous repartons sur des bases neuves. Mon travail n’est pas d’imposer un projet éducatif mais plutôt de le co-construire avec les familles. Nous faisons comprendre aux parents qu’ils ont la solution entre leurs mains, que ce sont eux qui ont les clés pour améliorer leur situation. »

 

citation laetitia guesdon

Auriez-vous un souvenir dans l’exercice de votre métier qui vous a particulièrement marqué ? 

« Le SAJE 22 est une jeune structure qui a ouvert ses portes le 30 avril 2018. Tous les membres de l’équipe se sont rencontrés avant l’ouverture de l’établissement. Lorsque nous sommes arrivés, il y avait tout à créer. Nous avons défini les espaces et aménagé les locaux ensemble. Nous avons été écoutés sur ce que l’on voulait mettre en place et avons participé à la rédaction des derniers écrits comme le règlement intérieur et le livret d’accueil. Ce projet a resserré nos liens, nous sommes aujourd’hui très soudés. »

> En savoir plus sur le SAJE 22