Accueil › Catherine Tourette-Turgis : rencontre avec une administratrice du GROUPE SOS

Catherine Tourette-Turgis : rencontre avec une administratrice du GROUPE SOS

novembre 2019

Catherine Tourette-Turgis a récemment rejoint les conseils d'administration de GROUPE SOS Santé. Découvrez son parcours et les valeurs qui guident son quotidien !

catherine_tourette_turgis_id.pngAdolescente à la fin des années 70, Catherine s’est engagée tôt en faveur de la cause féministe. Quelques années plus tard, quand le VIH est apparu, elle vivait à San Francisco et a tout de suite rejoint la lutte contre cette épidémie. Aux États-Unis, mais aussi en France. « Cela induisait une double géographie mentale et politique : je me servais de ce qui se passait à San Francisco pour voir comment l’importer et l’adapter en France, comme avec le " counseling " par exemple. »

Psychosociologue et psychanalyste de formation, sa mission de counseling consistait à accompagner les personnes malades du sida dans des groupes de parole qu’elle animait. Une pratique courante aux États-Unis, contrairement à la France. « J’avais vu les ressources que possèdent les personnes malades, à une époque où il n’y avait pas de solution thérapeutique contre le VIH. » Sa conviction : il faut transformer l’expérience des malades en expertise. « Les malades ne sont pas le problème, ils font partie de la solution ! », ajoute Catherine Tourette-Turgis. « La preuve : ce sont eux qui ont guidé de grandes mesures de santé publique, y compris en France. On est donc bien au-delà de leur maladie individuelle. » C’est dans ces années-là qu’elle fait la connaissance de Jean-Marc Borello et de Sylvie Justin, dans le cadre du dispositif des Appartements de coordination thérapeutique (ACT).

penserunposte.pngÀ partir de cette expérience autour du VIH/sida, Catherine Tourette-Turgis a créé l’Université des patients, en 2009, à la Sorbonne, inscrite officiellement à la faculté de médecine aujourd’hui. 200 patients ont été diplômés à ce jour. C’est un véritable laboratoire social qui s’adresse aux personnes malades. Il consiste à prendre une maladie pour en faire une VAE (Validation des acquis de l'expérience). « Plutôt que de dire : cachez sur votre CV que vous avez souffert d’un cancer, mettez-le en avant comme une expérience », car elle recèle une expertise utile à la collectivité. « Ce n’est pas parce qu’une compétence est acquise en milieu hostile, dans un contexte de maladie, qu’elle ne peut pas servir à d’autres personnes, d’autres espaces sociaux. »

Et le GROUPE SOS dans tout ça ? Catherine Tourette-Turgis apprécie avant tout l’espace important accordé à l’invention, à l’expérimentation. « C’est ce que j’aime dans ce Groupe et ce que je ressens d’ailleurs au sein des conseils d’administration, que j’ai rejoints ce printemps. » En tant qu’universitaire, elle souhaite donner des assises théoriques complémentaires à l’expertise terrain dont font preuve chaque jour les équipes du Groupe. « Quand vous êtes universitaire, soit vous vous débrouillez pour que l’on parle de Descartes ou de Spinoza d’un point de vue purement théorique, soit vous vous demandez à quoi Spinoza peut servir dans la lutte contre le VIH/sida par exemple. » C’est cette seconde vision qu’elle défend.

> En savoir plus sur la gouvernance du GROUPE SOS

> Découvrez des interviews vidéos des administrateurs du Groupe