AEMO 91

Le service AEMO (Action éducative en milieu ouvert) Essonne intervient depuis 2007 auprès d’enfants en situation de danger et de leurs familles dans le cadre du dispositif de Protection de l’enfance.

Les objectifs

  • Apporter aide et conseils aux familles afin de faire cesser le danger encouru par le mineur
  • Mobiliser, valoriser et soutenir ses capacités, celles de ses parents, de sa famille et de son environnement social
  • Provoquer des changements d’attitude en redonnant confiance aux familles

Le projet de service

Le projet de service repose sur une conception de l’AEMO non seulement définie par sa dimension judiciaire mais aussi et surtout par l’offre de service qu’elle représente tant pour les usagers que sont le mineur et ses proches qui en assurent la prise en charge et l’éducation au quotidien, que pour le magistrat ordonnateur et le Conseil Général de l’Essonne, garant du dispositif de protection de l’enfance.

En cela, ce projet s’ancre dans une référence théorique éco systémique qui attache une importance première aux éléments contextuels familiaux, sociaux, culturels et économiques du cadre de vie du mineur, et sur une vision engagée de la loi du 2 janvier 2002 rénovant l’action sociale et médico- sociale et de la loi du 5 mars 2007 réformant la protection de l’enfance.

L’objectif des interventions AEMO judiciaire vise à faire cesser la situation de danger vécue par le mineur et définie dans l’ordonnance qui fonde la mission, et à aider les responsables légaux à exercer pleinement leur autorité parentale, en s’appuyant :
- sur les ressources individuelles et collectives de la famille
- sur les ressources de l’environnement social et familial
- sur les ressources des dispositifs sociaux, éducatifs et médicaux de droit commun
- sur les ressources du dispositif de prévention et de protection administrative géré par le Conseil Général de l’Essonne et celle des services de la Protection Judiciaire de la Jeunesse.

Chaque situation fait l’objet d’une réflexion afin de dégager une ligne dominante pour l’intervention lors du travail de démarrage de la mesure afin de donner lisibilité au travail AEMO et d’optimiser les moyens humains du service, et de permettre la fixation d’objectifs simples, concrets et évaluables.

Les actions

L’action AEMO s’oriente autour :

- De l’enfant par la mise en œuvre, à partir de l’évaluation de son développement, d’un étayage de la prise en charge individualisée de l’enfant avec la possibilité de s’appuyer sur l’intervention d’une TISF, d’une assistante maternelle, voire un parrainage ou la mise en place d’un accueil séquentiel par un proche, ou encore un travail direct de l’intervenant AEMO basé sur la mise en confiance de l’enfant/ l’adolescent au cours de moments partagés). Dans ce cadre, la mise en place de groupes d’enfants et d’adolescents sur des questions telles leur santé, leur scolarité, leurs relations avec leurs parents, la place de leurs pairs dans leur vie est une forme d’action envisagée.


- Des parents avec une analyse de la problématique familiale en référence aux travaux de Didier HOUZEL sur la parentalité qui définissent trois niveaux, exercice, expérience et pratique de la parentalité qui correspondent chacun à des modalités d’action individuelle ou collective. Parmi celles-ci, est envisagée, la mise en place d’action multifamiliale, à partir d’une formation et d’une supervision par des professionnels engagés depuis 2003 dans l’expérimentation puis l’approfondissent de cette pratique innovante


- De la mise en lien de l’enfant, de ses responsables avec les aidants naturels, des aidants de proximité professionnels ou non, reconnus par la famille comme légitime et ressource, ayant la confiance de ses membres. L’action AEMO devient alors avant tout une aide aux aidants dont l’impact est mesuré par l’évolution de l’enfant concerné.

Trois phases dans la prise en charge d’une mesure sont à distinguer :

  1. Mise en place lors du démarrage de la mission AEMO d’une réunion regroupant les professionnels intervenant déjà auprès de l’enfant et/ ou dans la famille afin de définir un projet d’action.
  2. Elaboration du projet individualisé rédigé par le service AEMO, il constitue le document individuel de prise en charge (DIPEC) de la loi 2002-2.
  3. Au terme de l’intervention, le service AEMO tient une réunion si nécessaire afin de dresser le bilan de la situation du mineur à partir d’éléments concrets.

Le service AEMO rédige et adresse son rapport au magistrat rendant compte de l’action menée, et formulant des propositions portant sur l’arrêt ou la poursuite de l’intervention.

Le public

Enfants de 0 à 18 ans, reconnus comme étant en danger, pour lesquels une mesure d’action éducative en milieu ouvert (AEMO) a été ordonnée par un juge des enfants du tribunal d’Evry. Le service AEMO ESSONNE est habilité par le ministère de la Justice et le Conseil général de l’Essonne pour mettre en oeuvre 160 mesures d’AEMO ordonnées par les Juges des enfants du tribunal de grande instance d’Evry, en fonction des territoires attribués. Le service intervient auprès d’une file active de 160 mineurs sur un vaste territoire qui s’étend sur le nord est de l’Essonne et regroupe 38 villes.

Les modalités d'admission

L’AEMO est une intervention éducative ordonnée par un juge des enfants sur la base de l’article 375 du code civil : « si la santé, la sécurité, ou la moralité d’un mineur non émancipé est en danger, ou si les conditions de son éducation sont gravement compromises ». La décision du juge des enfants ordonnant la mise en oeuvre d’une mesure d’AEMO précise les éléments de danger, les objectifs et la durée de l’intervention.

L'équipe

  • 1 chef de service
  • 7 éducateurs spécialisés
  • 1 assistante de direction
  • 1 psychologue