Contre les violences faites aux femmes et enfants, GROUPE SOS Jeunesse agit

Accueil / Actus / novembre 2020

La crise sanitaire et les restrictions multiples qu’elle a engendrées ont eu pour effet d’accentuer, voire d’aggraver, les situations de dangers auxquelles certaines personnes peuvent être confrontées dans leur environnement domestique et familial. C’est tout particulièrement le cas pour les femmes et les enfants victimes de violences, dont le nombre a connu une augmentation significative durant les périodes de confinement. GROUPE SOS Jeunesse agit pour mieux accompagner les victimes et les témoins de violences conjugales.

Les chiffres de la violence conjugale continuent d’augmenter

Lors du premier confinement, les signalements ont été cinq fois plus élevés qu’en temps normal. Depuis le 30 octobre dernier, date du reconfinement, le nombre d’appels pour violences sexuelles et sexistes a augmenté de 15% sur la plateforme de signalement en ligne.

En 2019, dans le monde, 243 millions de femmes et de filles avaient été maltraitées par leur compagnon ou autre proche. La même année, en France, 146 femmes ont été tuées par leur partenaire ou ex-partenaire, ce qui représente 84% des victimes d’homicide au sein du couple.

jeunesse enfants victimesLes enfants, autres victimes des violences conjugales

213 000 femmes majeures déclarent avoir été victimes de violences physiques et/ou sexuelles par leur conjoint ou ex-conjoint sur une année. Moins d’1 victime sur 5 déclare avoir déposé plainte. Dans 47 % des cas de violences conjugales, des enfants (mineurs ou majeurs) étaient présents au domicile au moment des faits.

25 enfants ont été tués dans un contexte de violences au sein du couple. On estime par ailleurs à plus de 18 000 le nombre d’enfants co-victimes de violences conjugales.

L’impact traumatique des violences conjugales sur l’enfant est si grave et si durable qu’on ne peut pas seulement dire qu’il en est le témoin. Il en est surtout une des victimes.

GROUPE SOS Jeunesse accompagne les victimes et les témoins de violences conjugales

violences enfants affiche

Alors qu’aujourd’hui marque la 49ème Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, GROUPE SOS Jeunesse souhaite s’engager plus que jamais dans ce combat, qui touche particulièrement les enfants que nous accueillons au sein de nos structures.

Parmi nos salarié.e.s, certain.e.s peuvent être victimes ou témoins de violences, sans que nous le sachions. La sensibilisation et la prévention font partie des meilleurs moyens de lutte contre les violences. C’est pourquoi GROUPE SOS Jeunesse souhaite mettre en place les mesures suivantes :

  • Donner un nouveau rôle de prévention, de sensibilisation et de recueil des alertes sur les violences conjugales aux référent.e.s harcèlement sexuel et agissements sexistes déjà désignés au sein des établissements. Pour cela, un guide leur sera remis.
  • Diffusion d’une affiche (ci-contre) au sein des établissements et par mail ;
  • Mise à disposition des salarié.e.s victimes de violences conjugales d’un guide rappelant notamment les numéros d’urgence, les structures d’accompagnement ;
  • Etude prioritaire des demandes de mobilité formulées par des salarié.e.s victimes ;
  • Etude prioritaire des demandes d’aide au logement formulées par des salarié.e.s victimes par Action logement (aide à un hébergement d’urgence et temporaire, aide à l’accès aux logements sociaux, accès des femmes victimes de violences à la garantie Visale (garantie locative), pour qu’elles puissent bénéficier d’une caution locative gratuite et trouver un logement plus facilement).

La sensibilisation dès l’enfance à l’égalité femmes-hommes, un levier pour prévenir les violences conjugales.

Pour agir en amont et prévenir les violences faites aux femmes, il est essentiel de renforcer l’éducation à l’égalité filles-garçons/ femmes-hommes dès le plus jeune âge. Déconstruire les stéréotypes qui enferment les filles et les garçons dans des rôles limités, binaires et hiérarchisés permet d’ouvrir leur champ des possibles et de favoriser des rapports égalitaires, contribuant ainsi à éradiquer la domination et les violences d’un sexe sur l’autre. Le travail avec les jeunes sur le respect, le consentement et l’égalité dans les relations, qu’elles soient amoureuses ou non, est un levier essentiel de la prévention des violences sexistes et sexuelles.

> A lire : « Sur le terrain, le GROUPE SOS aux côtés des femmes exclues »

> En savoir plus sur GROUPE SOS Jeunesse