Mieux accompagner les conduites addictives dans les établissements sociaux

Accueil / Actus / décembre 2021

A travers le projet FRRAP (« Former, Réduire les Risques, Accompagner, Prévenir »), le Groupe SOS a décidé d’améliorer l’accompagnement et l’accès aux soins liés aux conduites addictives des personnes accueillies et des professionnel·le·s dans les établissements d’accueil, d’hébergement et d’insertion (AHI). Ce projet expérimental prévoit la mise en place d’une politique de conduite du changement auprès des professionnel·le·s des établissements concernés, dans une approche d’innovation sociale dans les actions qui seront proposées et de transversalité entre les établissements sociaux et le secteur des addictions. D’envergure nationale, il sera déployé sur 2 ans minimum en PACA, Occitanie et Normandie grâce au soutien de la Direction interministérielle à l’hébergement et au logement (Dihal) et des Agences Régionales de Santé.

La transversalité et l’innovation sociale pour mieux aider les personnes addicts dans les établissements

Les conduites addictives créent de réelles difficultés dans le parcours et la relation d’accompagnement professionnel, notamment dans les démarches d’insertion, des personnes accueillies par les structures de l’AHI (CHRS, CHU…). Du fait notamment d’un manque d’outillage et de sensibilisation des professionnel·le·s des établissements sociaux aux enjeux de l’addiction, de nombreux tabous et représentations erronées sur les consommations persistent aujourd’hui. Elles peuvent parfois mettre à mal le principe de l’accueil inconditionnel et renforcer le non recours aux soins spécialisés chez les personnes précaires en ayant le plus besoin.

Pour répondre à cela et intégrer durablement la prévention et la réduction des risques des conduites addictives dans l’accompagnement des personnes en situation de grande précarité, le projet FRRAP prévoit des passerelles entre d’un côté les établissements d’hébergement et d’insertion, de l’autre côté les établissements spécialisés dans les addictions, du GROUPE SOS et de ses partenaires. Cela permettra de mieux repérer, orienter et accompagner celles et ceux qui ont le plus besoin de soins spécialisés en addictologie.

La politique du changement qui sera proposée pour faire évoluer les comportements et pratiques des résident·e·s et des professionnel·le·s impliquera dans les établissements AHI :

  • des actions de sensibilisation
  • des formations
  • le développement de projets les enjeux de l’accompagnement, de la prévention et de la réduction des risques et dommages (RDRD) des conduites addictives.

Ce projet permettra en même temps de lutter contre les tabous et les représentations des addictions dans les structures accueillant les publics très précaires tout en outillant mieux les professionnel·le·s confronté·e·s à des difficultés d’accueil liés aux consommations excessives.

Près de 50 établissements seront accompagnés et plus de 300 professionnel·le·s seront ainsi formé·e·s et mobilisé·e·s en partenariat avec la Fédération Addiction et l’association Santé. Il est estimé que le projet touchera plus de 2300 personnes accueillies.

Un projet national dans une dynamique partenariale de coopération territoriale

Le projet FRRAP prend sa force et sa légitimité dans la mise en place d’un partage d’expériences et d’expertises des établissements et services spécialisés en addictologie du Groupe SOS (51 dispositifs accompagnant chaque année 15 300 personnes) au profit des établissements AHI de 6 villes (Montpellier, Nimes, Marseille, Nice, Rouen, Evreux) sur 3 régions pilotes. Dans une véritable démarche de coopération territoriale, près de la moitié des établissements participant au projet seront des structures partenaires extérieures au Groupe SOS. Le Groupe SOS animera des passerelles locales, favorisant en même temps la coopération territoriale entre établissements sociaux et médico-sociaux et une coordination nationale avec d’autres grands opérateurs (Croix-Rouge française, Fédération des acteurs de la solidarité…) portant des projets similaires sur d’autres régions. Ce projet mobilisera par ailleurs des partenaires dans la formation (Fédération Addiction, Association Santé !), puisque l’ensemble des équipes du projet et les participants seront formés aux connaissances de base en addictologie et au développement de projets de RDRD sur l’alcool et le tabac notamment. Ces projets menés sur la réduction des risques et des dommages seront en outre co-construits dans des démarches collectives (professionnels et usagers), transversales et territoriales. Enfin le Groupe SOS coordonnera ses actions avec la Croix-Rouge française et la Fédération des Acteurs de la Solidarité (FAS).

Le recrutement d’une équipe dédiée déjà lancé

Le développement du projet et l’animation sur chaque territoire seront coordonnés par un binôme composé d’un·e travailleur·euse social·e et d’un·e infirmier·ère, recrutés sur leurs connaissances en addictions et positionnés dans des établissements AHI pour structurer la démarche sur une logique « d’aller-vers » et de conduite du changement. Ces binômes seront également formés à l’ingénierie de projet afin de leur permettre d’accompagner les structures bénéficiaires dans le montage de dispositifs innovants et dans l’adaptation de leurs projets d’établissement sur les sujets addictions. Ils seront coordonnés au niveau national. Le processus de recrutement est déjà lancé et devrait aboutir en février afin de lancer le déploiement opérationnel du projet dans les établissements partenaires dès mars 2022.

Mesurer l’impact en continu pour adapter l’accompagnement aux besoins constatés

FRRAP entend se construire et évoluer à partir d’un diagnostic et d’une analyse continue des besoins des établissements sur le sujet des addictions afin d’adapter les formations et les projets à chaque structure partenaire et nourrir l’évaluation du projet sur le temps long. En effet, un processus de mesure d’impact est mis en place dès le début du projet sur les trois territoires pilotes et bénéficiera d’un·e chargé·e de mission dédié·e. L’objectif est ainsi de prouver l’intérêt d’intégrer des approches RDRD et de prévention des addictions dans l’AHI afin de pérenniser ces démarches et de potentiellement généraliser dans un second temps ce projet à l’ensemble des établissements AHI, en lien avec des grands opérateurs nationaux partenaires (Fédération Addiction, Fédération des Acteurs de la Solidarité, Croix Rouge française…).

Rejoignez le projet FRAAP

Consultez les offres d’emploi :

 

Pour plus d’informations : quentin.dubourg@groupe-sos.org

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn