Les Epicènes : l’égalité filles-garçons, dès le plus jeune âge !

Accueil / Actus / mars 2022

A 4 ans, 70% des enfants pensent que le masculin domine le féminin. Pour le Groupe SOS et notre association Crescendo, qui accompagne l’épanouissement des enfants à travers ses crèches solidaires, c’est une réalité à combattre. C’est pourquoi le projet expérimental « Les Epicènes » a été mis en place dans le réseau de crèches solidaires Crescendo. L’objectif à terme : une éducation plus égalitaire dès la petite enfance, à travers un projet national de sensibilisation et de formation des professionnelꞏleꞏs et des familles.

Éducation à l’égalité filles-garçons : beaucoup se joue avant 4 ans !

Les stéréotypes de genre sont malheureusement toujours ancrés profondément dans la société. Et plus tôt qu’on ne peut le penser : selon une étude de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS), la construction de ces stéréotypes se fait avant l’âge de 4 ans. Dès leur naissance, les enfants sont exposés à des codes genrés qui vont les influencer dans leurs représentations, leurs jeux, leurs préférences et leurs choix. En effet, à 4 ans, 70% des enfants ont intégré des représentations genrées asymétriques. Ils assimilent spontanément le pouvoir au masculin et l’identifient comme dominant le féminin.

Les choix de mots, de livres, de jouets et d’activités proposés peuvent transmettre des représentations sexistes, et influencer l’enfant pour toute sa vie. Les professionnel·le·s de la petite enfance ont ainsi un rôle à jouer, aux côtés des familles. « L’objectif de Crescendo, c’est de permettre à chaque enfant de s’épanouir avec sa personnalité, sans être contraint par des injonctions sociales infondées. L’égalité des genres, c’est une question d’égalité des chances. Accompagner les parents et nos équipes sur le sujet est donc très important, et c’est pour ça que nous avons imaginé le projet Les Epicènes » nous explique Laura Cinconze, chargée de développement de projets et responsable du projet Les Epicènes au sein de l’association.

Les Epicènes, pour favoriser une éducation plus égalitaire dans les crèches

Pour favoriser la déconstruction des stéréotypes de genre, qui apparaissent dès le plus jeune âge, Crescendo a travaillé pendant plusieurs mois sur le projet Les Epicènes, un programme de formation et de sensibilisation des familles. Ce projet est aujourd’hui lancé auprès de 10 crèches pilotes. Parmi elles, la crèche Champerret, située dans le 17e arrondissement de Paris. Alison Berhault, directrice de cet établissement qui accueille 20 enfants, s’était portée volontaire pour faire partie de l’aventure. « Je voulais participer au projet, car celui-ci correspond à ma vision de notre rôle en tant qu’éducateurs et éducatrices. «  Aujourd’hui lorsqu’on accueille et accompagne un enfant, nous savons bien que nous n’aurons pas une influence immédiate sur la question du genre, qui, en plus de ça, ne leur parle même pas. L’idée c’est de planter des graines aujourd’hui qui pourront germer demain. Ce que l’on peut leur transmettre aujourd’hui sur l’équité des genres, va inconsciemment faire son chemin et plus tard les influencer sur leurs comportements, leurs décisions etc… »

Une formation mêlant théorie, observation et échanges collectifs

La première phase des Epicènes ? L’équipe de chaque crèche bénéficie d’une formation de plusieurs jours. Trois organismes de formation différent participent au projet : Adéquations, Artemisia et le Furet. Bénédicte Fiquet est formatrice chez Adéquations et intervient dans deux crèches, dont celle d’Alison : « La première chose, c’est de faire comprendre que la construction d’une personnalité genrée chez les enfants n’est pas une question de génétique mais une construction sociale. Nous apportons des éléments théoriques sur les conséquences qu’apporte une éducation genrée : le rapport de domination, les violences sexistes… ».

Lors de la formation, l’équipe échange autour de l’égalité des genres dans la société en général, avant de rentrer plus concrètement dans son application dans la petite enfance, et dans leur quotidien en tant qu’éducateurs et éducatrices. « On s’est plongés au cœur de notre métier, dans le concret : les livres qu’on propose, la façon dont on s’adresse aux enfants, l’aménagement des espaces… » explique Alison.

Mais le projet Les Epicènes va plus loin qu’une formation théorique. L’observation du quotidien est au cœur du projet, et constitue la prochaine étape pour l’équipe de la crèche Champerret. Bénédicte doit ainsi passer plusieurs après-midi au sein de la crèche, pour observer comment les membres de l’équipe évoluent dans leur environnement professionnel, et auprès des enfants. « L’objectif, c’est que chacun puisse apprendre des façons de faire des autres. Les professionnelles vont pouvoir observer les enfants et s’observer les unes les autres. Chacune pourra prendre du recul et remettre en question ses pratiques. » complète Bénédicte. Un moment qu’Alison attend avec impatience : «  Je me rends compte que j’ai beau faire attention au quotidien, il y a plein de choses qui m’échappent encore ! L’équipe se questionne beaucoup sur ses pratiques. Nous avons hâte d’entamer ce travail d’observation avec l’aide de la caméra et Bénédicte, afin d’avoir des points de vue extérieur. Cela permettra de nourrir de nos échanges, nos interrogations, de réfléchir à nos pratiques afin de s’adapter, ensemble, à un accompagnement plus équitable ».

Accompagner les familles

Bien sûr, Crescendo a conscience que la construction des stéréotypes n’est pas liée qu’à la crèche. La culture sociale et familiale joue beaucoup. C’est pourquoi Le Projet Les Epicènes intègre les parents dans l’équation. Alison met un point d’honneur à les impliquer : «  Lorsque nous avons commencé le projet au sein de la crèche, j’ai d’abord averti les parents lors de nos échanges le matin et/ou le soir puis par mail. Je leur ai expliqué le projet, nos objectifs et le déroulement. J’ai joint une vidéo du travail de Bénédicte à la crèche d’Aubervilliers, ce qui permet de se rendre compte du travail effectué. Nous avons par la suite invité les familles à une réunion d’information avec Bénédicte et l’équipe de la crèche dont la psychologue. Ce n’est pas toujours une priorité pour les parents, mais au moins, ils savent que pour nous, c’est un sujet, et c’est une première étape ». Les parents seront ainsi prévenus des différentes avancées du projet et des changements que cela impliquera dans l’accueil des enfants.

Des ressources gratuites pour toutes et tous

En parallèle, Crescendo développe un nouvel outil, qui sera accessible gratuitement pour toutes et tous : « Le premier MOOC qui aborde le sujet d’égalité filles- garçons dès le plus jeune âge ! » affirme Laura. « Cet outil en ligne permettra de rendre accessible certains aspects de la formation au plus grand nombre. » Le contenu de ce MOOC, encore en construction, devrait aborder 10 thématiques liées à l’égalité filles-garçons, comme la transmission des stéréotypes par livres, les interactions entre les enfants, les vêtements et psychomotricité, les aménagements des espaces…

Un projet d’envergure nationale

Les Epicènes en est encore qu’à ses débuts, et il faudra attendre encore quelques mois pour pouvoir tirer un bilan. Mais la volonté est claire : si l’expérimentation dans les 10 crèches pilotes est concluante, Crescendo déploiera cette formation dans toutes ses crèches pour que 100% de ses équipes pédagogiques puissent proposer une éducation entre petites filles et petits garçons plus égalitaire, d’ici fin 2023. Avec l’ambition que la thématique de l’égalité filles-garçons dépasse les murs des crèches de Crescendo. « Nous aimerions pouvoir outiller tous les acteurs de la petite enfance : les professionnel·le·s en crèche, les parents, et tout autre acteur amené à interagir avec les enfants » détaille Laura. Une avancée bienvenue face aux stéréotypes de genre qui restent encore trop ancrés dans la société.

Facebook
Twitter
LinkedIn