Une nouvelle ère pour la MAS Virginie

Accueil / Actus / mars 2022

La Maison d’accueil spécialisée (MAS) Virginie a rejoint le Groupe SOS en 2020. Cette structure accueille de jeunes adultes présentant des troubles du spectre de l’autisme. La reprise de l’établissement par le Groupe SOS s’est faite en pleine période de crise sanitaire, limitant les possibilités de se retrouver en groupe. Afin de prendre ensemble un nouveau départ, basé sur le partage de valeurs, la mise en place d’outils structurants et une montée en compétences, une semaine de séminaire a été organisée pour l’ensemble des salarié·e·s de la structure.

Faire équipe, pour le bien-être des résident·e·s et des salari·é·s !

Trouver sa place au sein d’un même groupe, comprendre l’importance de s’entraider pour sortir d’une situation difficile, apprendre à faire confiance, en particulier pour faire face à une situation compliquée : tels étaient les enjeux du début de cette semaine de formation. A travers la réalisation d’activités ludiques, de défis ou de mises en scènes, chacun·e a pu réaliser l’importance de la coordination et de la cohésion d’équipe pour gagner en efficacité, nécessitant l’appui sur une confiance mutuelle entre salarié·e·s. Cet esprit de cohésion s’est renforcé durant la semaine, à travers la prise de conscience de valeurs et d’attentes communes entre eux et avec le Groupe SOS dont ils font désormais partie. Chaque équipe pluridisciplinaire constituée sur place a pu rapidement mettre en pratique ces principes en travaillant ensemble sur la création d’outils nécessaires au bon fonctionnement de l’établissement et utiles à tous.

Une base de connaissances communes à tous les membres de l’équipe

Travailler aux côtés de personnes présentant des troubles du comportement nécessite de comprendre le fonctionnement de ces personnes et de savoir interpréter leurs réactions. A travers des photos et des études de situations, un psychologue a apporté à l’ensemble des salarié·e·s des outils et des méthodes permettant d’analyser le message que le résident·e a voulu transmettre et d’apporter une réponse adaptée. Cette grille de compréhension est indispensable pour l’ensemble des personnes travaillant dans l’établissement, évitant, par méconnaissance, une remise en cause de la réaction d’un·e salarié·e formé·e. Ce temps a permis également à chacun de comprendre les différences dans les apprentissages des personnes autistes et la manière de s’adapter pour atteindre les résultats escomptés. Un travail qui a suscité l’envie de monter davantage en compétence pour améliorer l’accompagnement proposé.

Des outils pour structurer le quotidien et répondre aux besoins spécifiques de chaque résident·e

Les troubles autistiques exigent le respect d’habitudes et de stabilité pour sécuriser la personne. D’où la nécessité de mettre en place des outils permettant de structurer le quotidien, d’organiser chaque activité et de permettre à une personne vacataire de comprendre rapidement les besoins du résident·e. L’équipe a pu au cours du séminaire construire des outils, se les approprier et commencer à travailler sur l’adaptation individuelle d’un programme adapté aux besoins et aux particularités de la personne, selon les différents temps : un programme pour la semaine, un second pour le week-end et un pour les périodes de vacances. Pour chaque activité un suivi individuel permet d’analyser les réactions de la personne, son intérêt et sa progression d’une séance sur l’autre. En assurant une ressemblance entre les journées et les séances d’activité, ces outils sont indispensables pour le bien-être et le confort de chaque résident.

Rétablir une communication bienveillante et efficace avec les familles

Telle a été le dernier chapitre de ce séminaire, en réponse à une demande des familles et pour faire face aux difficultés de l’équipe à comprendre leurs besoins récurrents d’informations sur les petites choses du quotidien. Maman d’une petite fille en situation de handicap et créatrice des Bobos à la Ferme, une association qui accueille des aidants et des personnes en situation de handicap pour des temps de répit, Elodie a expliqué avec beaucoup d’émotion le parcours de vie compliqué et douloureux de parents durant les premières années de leur enfant. Entièrement dévoué à ses besoins, ses habitudes, son bien-être… le passage dans un établissement est souvent un choc pour eux. Ils ont besoin d’être rassurés sur ce qui constituera le nouveau quotidien de leur enfant dans l’établissement qui prendra leur relais. Dépassant l’impact d’une formation théorique, le témoignage poignant d’Elodie d’Andréas a fait l’effet d’un électrochoc chez tous les salariés. L’objectif était de faire évoluer leur regard en leur permettant de comprendre les besoins des parents et en faisant naitre un sentiment d’empathie. Désormais, chaque salarié comprend l’importance de l’utilisation du cahier de liaison pour faire le lien entre l’établissement et la famille, l’importance de communiquer oralement et régulièrement avec les familles sur un temps dédié. De nouveaux outils vont être pensés avec l’équipe et co-construits avec les familles en fonction de leurs attentes. Si tout reste encore à créer ou consolider pour rétablir une communication basée sur la confiance mutuelle, désormais les bases sont posées !

Cette semaine de formation marque pour toute l’équipe un nouveau départ, l’ouverture d’un chemin à construire ensemble, pour le bien-être des résidents et pour celui des salariés qui les accompagnent au quotidien. Déjà au bout de ces deux semaines qui ont suivi la formation, l’équipe constate les premiers effets positifs. Les troubles du comportement chez les jeunes sont nettement moins nombreux. L’ambiance est plus conviviale. Les familles informées de la tenue de ce séminaire sont dans une attente bienveillante et l’équipe désormais remobilisée ressort avec une motivation nouvelle. La route est encore longue pour arriver à la perfection, mais elle est désormais tracée et se conceptualisera à travers le nouveau projet d’établissement qui sortira en octobre…

Facebook
Twitter
LinkedIn