Autisme : pour une meilleure insertion dans la société

Accueil / Actus / avril 2022

A l’occasion de la Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme, découvrez les actions du Groupe SOS, qui combat, agit et innove chaque jour pour les personnes présentant un trouble du spectre de l’autisme. Nos équipes travaillent au quotidien pour améliorer l’insertion de ces personnes dans la société et les aider à gagner en autonomie, quel que soit leur âge.

Permettre à chaque enfant de trouver sa place en respectant ses besoins

Telle est la volonté du Groupe SOS en proposant des dispositifs adaptés aux enfants ayant des Troubles du Spectre de l’Autisme (TSA), au cœur des établissements scolaires. Accéder à l’école est un droit pour tous les enfants, parmi les plus fondamentaux dans un principe d’égalité. Faut-il encore que l’accueil soit adapté aux besoins de l’enfant.

Deux de nos établissements, l’Institut médico-éducatif (IME) Adam Shelton et l’IME Pavillon Royal, proposent pour cela des classes spécialisées pour ces enfants au sein d’établissements scolaires classiques. Il s’agit d’Unités d’Enseignement Maternelles Autisme (UEMA) pour les plus jeunes et d’Unités d’Enseignement Élémentaires Autismes (UEEA) pour les 6-10 ans. L’établissement Adam Shelton gère une UEMA et une UEEA à Epinay sur Seine, ainsi qu’une UEEA à Saint Denis couvrant le cycle élémentaire (CP- CM2), tandis que le Service d’éducation spécialisée et de soins à domicile (SESSAD) Pavillon Royal propose une classe élémentaire à Moissy Cramayel. Ces classes dédiées aux enfants ayant des TSA sont intégrées au sein de l’école publique, leur permettant d’accéder à un enseignement adapté à leurs besoins, dès le plus jeune âge. Par classe de 7 à 10 élèves, ils bénéficient de la présence d’enseignant·e spécialisé·e, d’ éducateurs et d’éducatrices, d’un·e psychologue, d’un·e psychomotricien·ne et d’un·e orthophoniste. Tous interviennent directement à l’école auprès des enfants. L’établissement Adam Shelton est également doté d’une équipe mobile spécialisée dans l’autisme : le Pôle de soutien à l’inclusion scolaire (PSAIS) qui accompagne les élèves avec des TSA inclus en classe ordinaire et soutient les enseignant·e·s et les accompagnant·e·s d’élèves en situation de handicap (AESH).

Grâce à un apprentissage adapté à leurs besoins, ces enfants apprennent à lire, à compter, à parler et à exprimer leurs émotions… Pour stimuler leurs facultés, la présence de spécialistes maitrisant les techniques adaptées à leurs besoins reste indispensable. Mais ces classes nécessitent également un partenariat solide avec l’équipe pédagogique de l’école et des aménagements spécifiques, avec des espaces adaptés, des lieux sensoriels, des parcours de motricité ou encore des lieux calmes permettant à l’enfant qui le souhaite de se mettre à l’écart s’il en ressent le besoin.

Les enfants ayant des TSA peuvent intégrer sur certains créneaux des classes ordinaires de leur niveau d’âge, en fonction des disciplines qu’ils peuvent suivre. Ils participent également à la vie de l’école aux côtés de leurs camarades, sont soumis au même rythme et aux mêmes horaires que tous, partagent les repas à la cantine, les sorties scolaires… Et de leur côté, les enfants des classes ordinaires sont sensibilisés à la différence, accompagnés par l’équipe spécialisée. Ils apprennent à communiquer ensemble et à d’adapter à la différence. Ils découvrent parfois des capacités insoupçonnées, certains enfants pouvant par exemple se révéler être de vrais petits génies, capables de résoudre des problèmes bien au-delà des compétences moyennes. Des sensibilisations sont également proposées aux enseignant·e·s qui peuvent recevoir dans leur classe ces enfants. Cette année, le service propose une sensibilisation aux spécificités des enfants ayant des TSA auprès du personnel municipal des écoles pour favoriser l’inclusion des enfants en maternelle et dans les centres de loisirs et permettre le bien-être ensemble dès le plus jeune âge.

Le « Passage », pour les 16/ 20 ans sans solution d’accompagnement

Le dispositif Passage, créé il y a quelques semaines, assure le passage de jeunes sortis d’établissement pour enfants sans avoir de solution adaptée en établissement pour adultes. Il accueille des jeunes de 16 à 25 ans adressés par la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH). Beaucoup sont à la maison sans aucune solution, certains depuis plusieurs années. L’établissement les accueille deux à trois demi-journées par semaine pour garder une vie sociale et prolonger leur parcours individuel vers l’autonomie. L’objectif est bien d’assurer le « passage » vers l’intégration dans un établissement répondant à leurs besoins. L’assistant·e social·e de ce projet accompagne les familles dans la recherche d’une solution pérenne, tandis qu’un·e psychologue et des éducateurs assurent des activités adaptées à leurs besoins.

Accompagner vers l’autonomie les adultes via des activités « pré-pro »

C’est ce à quoi s’attache au quotidien l’équipe du Foyer de vie et Foyer d’accueil médicalisé Le Cottage, à Chelles en proposant des activités « pré – pro », c’est-à-dire en amont d’une activité professionnelle.

Les activités « pré –pro cuisine » ont pour mission la gestion intégrale du repas, du choix du menu jusqu’au rangement. Les résident·e·s préparent les menus, détaillent la liste des courses, récupèrent auprès de la bonne personne l’argent nécessaire pour les courses qu’ils feront eux-mêmes. Ils ont la mission de cuisiner le repas pour l’ensemble des résident·e·s avant de tout ranger. S’ils maitrisent déjà parfaitement la confection de plateaux individuels, la prochaine étape pourrait être un service à l’assiette.

L’activité « pré pro lingerie » consiste à entretenir le linge de l’établissement : lavage, séchage, pliage, rangement.

L’équipe travaille sur un nouveau projet « pré-pro accueil », recevant régulièrement des groupes de professionnel·le·s du Groupe SOS en formation. Les résident·e·s prépareront la salle, accueilleront les groupes et les guideront jusqu’à la salle de formation. L’expérience a montré qu’ils étaient également parfaitement capables de gérer la confection de badges par exemple.

Toutes ces activités ont pour objectif d’encourager l’autonomie des résident·e·s, de leur permettre de prendre des décisions et de valoriser leurs compétences. Si les éducateurs et éducatrices sont présents pour les aider, les rassurer et les encourager, les personnes apprennent à faire par elles-mêmes des demandes, à gérer des achats, des déplacements ou à solliciter de l’aide. L’objectif est également de les inciter à prendre en charge des tâches familiales chez eux, peu d’entre eux y participant chez eux. Ces activités mettent également en lumière une entraide mutuelle, les plus autonomes guidant ceux qui en ont le plus besoin.

L’insertion professionnelle, une possibilité proposée par l’EMPRO Edelweiss

Cet Externat Médico-Professionnel (EMPRO) qui vient tout juste de rejoindre le Groupe SOS, ouvre de nouvelles opportunités. L’atelier cuisine de l’EMPRO Edelweiss tourne autour de trois activités : l’atelier pâtisserie, le restaurant d’application et l’atelier d’apprentissage de la cuisine au quotidien. Chaque jeune participant à l’un de ces ateliers progresse en fonction d’un objectif et de son projet d’accompagnement personnel. La cuisine est ici un dénominateur commun permettant à chacun d’acquérir des compétences diverses : développer la confiance en soi, étayer l’autodétermination, acquérir des techniques de base pour intégrer le milieu professionnel adapté ou milieu professionnel ordinaire.

« Depuis que je suis petit je veux être cuisinier. Avec le football, c’est le seul projet qui est resté. Avant j’étais timide maintenant j’arrive mieux à prendre des décisions et à être sûr de moi » explique Sébastien, arrivé à l’EMPRO en 2018. « Par rapport au début de l’année, je pense avoir appris beaucoup de choses. J’ai appris à reconnaître des légumes avant de les cuisiner. (…) J’ai appris à concevoir les menus, j’ai appris à éplucher des légumes compliqués qui ont une forme bizarre et à les cuire. »

Ici, des enfants ayant des TSA cuisinent et font le service à table aidés par un éducateur technique spécialisé. Les constats sont surprenants ; découvrant parfois des compétences insoupçonnables chez certains jeunes apprentis. Car l’autisme présente une multitude d’aspects. Si certains ne seront pas en mesure d’intégrer ce type d’établissement pré-professionnel, présentant des troubles trop envahissants, d’autre y découvriront une vocation. C’est bien tout l’objectif du Groupe SOS qui cherche sans cesse des solutions pour permettre à chacun de trouver sa place dans la société. Car nous savons que l’exercice d’un emploi nourrit le sentiment d’utilité sociale et participe d’une reconnaissance sociale. Dans cet EMPRO, les professionnel·le·s veillent à ce que chaque jeune puisse acquérir des compétences professionnelles dans le respect de ses besoins et de ses capacités.

 

L’inclusion, scolaire comme professionnelle, est un thème central du plaidoyer Handicap soutenu par le Groupe SOS. Chaque enfant, qu’il soit en situation de handicap ou non, doit avoir les mêmes chances d’accès aux structures d’accueil de droit commun, que ce soit en crèche ou à l’école. Nous sommes aussi convaincus de l’utilité sociale des personnes en situation de handicap, et cette reconnaissance passe notamment par des conditions d’emploi adaptées à leurs capacités et à leurs potentialités. Nous défendons ainsi un principe essentiel : toute personne en situation de handicap est avant tout citoyenne et à ce titre, pleinement actrice de la société.

>Retrouvez notre plaidoyer Handicap

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn