Accueil › Accueillir les personnes isolées touchées par le COVID19 : nos salarié.e.s témoignent

Accueillir les personnes isolées touchées par le COVID19 : nos salarié.e.s témoignent

avril 2020

Le 1er avril, l’association YSOS a ouvert un nouveau centre temporaire pour accueillir les personnes isolées touchées par le virus. Des volontaires n’ont pas hésité à se rendre disponible pour apporter leur soutien aux plus démuni.e.s.

Découvrez le centre et les témoignages de celles et ceux qui se sont mobilisé.e.s !

Un centre temporaire pour accueillir les malades sans domicile

Ouvert depuis le 1er avril, ce centre temporaire est situé dans deux dépendances du Château de Menilles (Eure). Il a pour objectif d’accueillir et de protéger des familles en rupture sociale ainsi que des personnes sans domicile malades ou présentant des symptômes du virus, et d’éviter la propagation dans les foyers d’hébergements. Il peut accueillir sur décision d’un médecin jusqu’à 15 personnes isolées et 4 familles, qui seront prises en charge jour et nuit par les 12 salarié.e.s de l’association, épaulés par des bénévoles de la Croix Rouge.

L’équipe du centre témoigne

Les professionnel.le.s du centre nous expliquent les motivations qui les ont poussés à se mobiliser durant cette période. Une expérience riche humainement et professionnellement :

captureea84.png « Je me suis portée volontaire par engagement professionnel. Il est important pour moi d’être présente et disponible sur le terrain afin d’apporter mon soutien à la population, que les difficultés soient sanitaires, sociales ou autres. Toute expérience est riche de sens et enrichissante. » Mathilde

« Il est important que chacun, à son niveau, apporte sa pierre à l’édifice pour sortir de cette crise sans précédent. L’engagement et la solidarité font partie des caractéristiques qui animent les travailleurs sociaux et je pense que c’est dans des moments comme celui-ci qu’il faut avoir le courage de ses convictions. » Marie

« J’ai accepté d’être volontaire car cela me permet de développer des compétences professionnelles et de me familiariser avec un secteur qui m’a toujours motivé. J’ai découvert un dispositif relativement inhabituel et la mise en place de ce dispositif, me permet d’exercer le côté relationnel qui m’anime. D’autre part, d’un point de vue personnel, il s’agit de découvrir, de s’adapter, et de se remettre en question. » Jean-Baptiste

« Pour me sentir utile dans cette période de crise, mais aussi pouvoir apprendre des compétences sanitaires et mettre ma pierre à l’édifice pour valoriser le travail social avec un public qui n’aurait de prime abord pu jouir d’un tel accompagnement pluridisciplinaire. »  Louise

ysos_1.jpg« N’étant ni maman ni public à risque, il me semblait évident d’aider ceux en difficulté tout en préservant des collègues moins présents en ces temps difficiles. Il me semble aussi évident que monter en compétence dans le domaine du social avec une approche en lien avec la santé fait sens dans mon parcours professionnel et m’apprend beaucoup d’un point de vue plus personnel. » Géraldine

 « Dans une carrière lointaine dans le sanitaire où j’étais sur le terrain à l’époque de la grippe H1N1 se fut une évidence lorsque le poste de cadre au sein du centre de confinement m’a été proposé. Mettre du sens auprès des équipes dans la mise en œuvre d’un accueil social et un accompagnement humain a été un challenge qui n’a pas pris beaucoup de temps car les équipes sont très motivées et professionnelles ce qui facilite l’approche médico-sociale. L’ouverture dans l’urgence d’une structure éphémère avec une équipe qui sera sur la même durée est très enrichissant professionnellement et permet d’appréhender mes pratiques professionnelles sous un autre angle avec une proximité et un soutien au quotidien des équipes sur place. Cette situation inhabituelle crée de grandes solidarités. » Mélanie

DANS LA PRESSE

Dans un article paru le 7 avril, le journal Paris Normandie nous détaille les spécificités de ce centre. Découvrez l’article : https://bit.ly/2yKPZ4M

 

En savoir plus sur l'association YSOS