Pour un entrepreneuriat à impact plus accessible à toutes et à tous

Accueil / Actus / décembre 2022

Nous vivons une époque charnière, dans laquelle le mythe de la croissance infinie se confronte à la nécessité de trouver des réponses aux enjeux sociaux et environnementaux dont l’ampleur s’accélère. Partout, les signaux reçus – dépassement des limites planétaires et accroissement des inégalités – nous pressent de concevoir une autre forme de développement, plus inclusif et durable. Cette tension s’observe particulièrement dans les pays émergents qui connaissent une croissance rapide, représentant un potentiel de transformation important. L’entrepreneuriat à impact est un formidable outil pour inventer des solutions locales face à cette nécessité mondiale de changer de paradigme.  Cet outil est à la portée de toutes et tous dès lors qu’on lui en donne les moyens. C’est pourquoi PULSE a publié aujourd’hui 12 propositions concrètes, ambitieuses et issues d’une expérience terrain, pour que l’entrepreneuriat à impact puisse jouer pleinement son rôle : permettre à chacun et chacune de contribuer à un changement systémique.

L’entrepreneuriat à impact, qu’est-ce que c’est ?

Une entreprise à impact est une entreprise dont le but n’est pas la simple recherche du profit, mais une recherche d’impact positif pour résoudre des problématiques sociales et/ou environnementales et promouvoir l’intérêt général. La démarche d’impact revient ainsi à intégrer – dans la stratégie même du projet – un équilibre positif entre les bénéfices et les coûts sociétaux, en plus de l’équilibre conventionnel entre revenus et coûts du projet. Cette dynamique reflète un engagement collectif : c’est parce qu’il y a des causes partagées et la poursuite d’intérêts communs que l’entrepreneuriat à impact est vertueux. En ce sens, il est nécessaire qu’il devienne aujourd’hui la norme au sein de notre économie et qu’il ne soit plus considéré comme un modèle parallèle ou alternatif.

Pourquoi le rendre plus accessible ?

Les signaux se sont succédés cette année, témoignant d’un dépassement des limites planétaires, d’un accroissement des inégalités et entrainant une prise de conscience élargie sur la nécessité à agir. A entreprendre, pour construire des solutions innovantes et pérennes face à ces défis sociaux et environnementaux qui s’accélèrent, des solutions que l’Etat ou le marché ne peuvent fournir seuls.  Le potentiel de transformation de la société est réduit parce que certaines catégories de publics sont tenues en marge de l’entrepreneuriat – faute de moyens, par auto-censure ou en raison de freins dits périphériques – alors même qu’ils pourraient être les premiers acteurs d’une transition systémique et ancrée localement.

Notre conviction, c’est que ces freins sont dépassables, dès lors qu’ils sont identifiés et adressés collectivement par les pouvoirs publics, décideurs privés, professionnels de l’insertion et acteurs de l’accompagnement.

Des propositions issues de l’expérience terrain

PULSE est une association du Groupe SOS dont la mission est de soutenir l’entrepreneuriat comme levier d’un développement inclusif et durable. PULSE développe, en France et à l’international, des actions de sensibilisation, des programmes d’accompagnement et d’accessibilité au financement à destination de porteuses et porteurs de projets à impact. Depuis sa création en 2006, PULSE a permis à des milliers d’entrepreneurs de déployer des projets à impact et de soutenir l’émergence de nouveaux profils d’acteurs du changement en soutenant par exemple des initiatives de publics sous-représentés dans l’entrepreneuriat ou implantés dans des zones émergentes.

 

Pour un entrepreneuriat à impact plus accessible

 

Un entrepreneuriat à impact pour tous les publics

Un entrepreneuriat qui parle à toutes et tous et qui donne des moyens équitables pour opérer les transitions, telle est la vocation première de l’entrepreneuriat à impact.

Proposition n°1 :

Rapprocher les sphères publiques, associatives et privées pour mener des actions de sensibilisation conjointes auprès de publics éloignés de l’écosystème de l’entrepreneuriat à impact.

Proposition n°2 :

Construire des programmes adaptés et sur-mesure, notamment en direction des publics sous-représentés dans l’entrepreneuriat classique, pour leur permettre de mener à bien leur création d’entreprise et, par cette voie, acquérir de nouvelles compétences.

Proposition n°3 :

Donner de la visibilité et élargir le champ de l’entrepreneuriat à impact en mettant en avant des exemples de réussite, qu’ils s’exercent dans le secteur formel ou informel.

Un accès aux financements plus équitable pour les entrepreneurs à impact

La pérennité de l’entrepreneuriat à impact est directement dépendante de l’investissement qui lui est consacré ; aujourd’hui insuffisant – en montants mobilisés et en acteurs impliqués – il est pourtant un pilier fondamental de la réussite et de la viabilité des projets.

Proposition n°1 :

Favoriser une meilleure collaboration entre les acteurs de l’accompagnement et les financeurs afin de permettre aux entrepreneurs d’accéder plus facilement à des opportunités de financement et ce, à tous les stades de leur développement.

Proposition n°2 :

Sécuriser les cadres législatifs du prêt d’honneur avec des conditions facilitées pour les entreprises justifiant d’un impact social et/ou environnemental positif.

Proposition n°3 :

Sensibiliser et former les Business Angels, acteurs incontournables du financement, à l’écosystème de l’entrepreneuriat à impact afin de mieux flécher leurs investissements, notamment en direction des projets en phase d’amorçage.

Un entrepreneuriat à impact plus ancré dans les territoires

Dans une démarche de promotion de l’entrepreneuriat à impact, la proximité avec les territoires est donc un incontournable pour sentir le pouls de ce qu’il s’y passe, comprendre les interactions entre les structures d’accompagnement, entendre les besoins et proposer les suivis les plus adaptés.

Proposition n°1 :

Multiplier le déploiement de programmes d’accompagnement dans une dynamique transfrontalière afin de favoriser le partage de bonnes pratiques et l’émergence d’écosystèmes d’entrepreneuriat à impact internationaux.

Proposition n°2 :

Délocaliser les structures d’accompagnement des grandes villes vers les régions pour encourager la multiplication d’initiatives entrepreneuriales sur les territoires.

Proposition n°3 :

Renforcer les réseaux de professionnels de l’accompagnement au niveau local afin de mieux répondre aux besoins des entrepreneurs, au plus proche des territoires.

Une entrepreneuriat à impact qui fédère et renforce les acteurs locaux

Proposition n°1 :

Encourager le travail multi-acteurs – à l’échelon national et international – de manière à favoriser le partage et la transmission de savoir-faire pour mieux répondre aux besoins des porteuses et porteurs de projets.

Proposition n°2 :

Multiplier les ponts entre les acteurs de l’économie à impact et les travailleurs sociaux de manière à sensibiliser plus largement les publics aux opportunités liées à l’entrepreneuriat.

Proposition n°3 :

Renforcer les capacités des acteurs locaux (opérateurs de l’économie à impact, structures d’insertion, universités, organisations de la société civile) afin de mieux orienter et accompagner les candidats à l’entrepreneuriat à impact.

Retrouvez toutes les propositions détaillées ici 

A lire également, la tribune de Anne-Leïla Batel, directrice générale de Pulse, publiée dans La Tribune

 

Facebook
Twitter
LinkedIn