Acualités Groupe SOS

ACTUALITÉS

Crèches associatives : les acteurs tirent la sonnette d’alarme

11 avril 2023 • ACTUALITÉS

Aujourd’hui, les crèches associatives sont en déficit structurel permanent, ce qui menace à très court terme leur existence.  A Paris, 75% des gestionnaires associatifs de plus de 100 berceaux et 65% des gestionnaires associatifs de moins de 100 berceaux sont déficitaires en 2021. Le président de la République a annoncé la création d’un service public de la petite enfance et 200 000 places supplémentaires. Alors que la stabilité du secteur associatif est loin d’être garantie dans le champ de la petite enfance et pour ne pas laisser plus de 95 000 enfants[1] et familles sans solution d’ici 2 ans, et pérenniser les crèches associatives qui gèrent 1/4 des places de crèches, les fédérations et organisations associatives publient ensemble un manifeste et des propositions pour assurer la sauvegarde des crèches associatives. Le Groupe SOS et Crescendo, qui assure depuis plus de 50 ans la création, le développement et la gestion d’établissements d’accueil de jeunes enfants apportent tout leur soutien à ce manifeste.

Quand le gouvernement s’attelle à penser un service public de la petite enfance accessible à tous en créant 200 000 places supplémentaires bénéfique pour l’ensemble des familles, et où il rappelle que chaque acteur qu’il soit public, privé lucratif ou associatif à toute sa place, a-t-il seulement conscience que le secteur associatif de la petite enfance est appelé à disparaître prochainement ?

Les crèches associatives représentent aujourd’hui plus de 22,8% des places offertes aux parents dans les modes d’accueil collectif, soit plus de 95 000 enfants accueillis. Les crèches garantissent une qualité de l’accueil à travers les différentes valeurs portées au sein de leur projet associatif au bénéfice des enfants et des familles : solidarité, primauté de la personne, inclusion, vivre ensemble, mixité, diversité, accompagnement des familles. Les crèches associatives, ce sont aussi des bénévoles et des professionnels engagés qui prennent en compte les besoins des enfants et la parole des parents pour favoriser leur bien-être et leur épanouissement.

Mais malgré les nombreuses alertes, le modèle économique des crèches associatives ne tient plus. Elles sont tiraillées entre deux partenaires, principalement les CAF et les communes qui ne sont pas en mesure de proposer des solutions pérennes pour stabiliser financièrement les crèches au bénéfice des enfants et des familles. Des difficultés récurrentes se sont donc installées de manière progressive d’une part avec la prestation de service unique (PSU) qui s’apparente à une tarification à l’acte et qui, bien que plus adaptée aux familles, met en péril tout le secteur associatif et d’autre part un cofinancement des communes qui ne suit pas.

Aujourd’hui, les crèches associatives sont en déficit structurel permanent, ce qui menace à très court terme leur existence. A titre d’illustration, à Paris, 75% des gestionnaires associatifs de plus de 100 berceaux et 65% des gestionnaires associatifs de moins de 100 berceaux sont déficitaires en 2021.

Cette situation financière est intenable et insoutenable pour les crèches associatives d’autant que les revalorisations de la PSU n’ont pas été suffisantes ces dernières années pour faire face à l’inflation et rendre plus attractif le secteur : 0% en 2019, 1% en 2020 et 2021, 5% en 2022, tandis que l’inflation a augmenté de 6% en 2022 et s’annonce à 4,3% en 2023 et le SMIC a évolué de 4,7% en 2022, puis 2% en 2023, avec une nouvelle hausse à prévoir d’ici la fin de l’année. A cela s’ajoute, les collectivités territoriales, et plus particulièrement les communes, qui ne revalorisent pas ou très peu les subventions attribuées au secteur associatif, de 0% à 1% seulement, elles aussi prises en étau par le contexte économique tout en favorisant leurs crèches publiques.

Au financement, s’ajoute un manque criant de professionnels dans la petite enfance ne laissant pas d’autre choix aux crèches associatives que de réduire l’offre faite aux parents pour garantir la qualité d’accueil et la sécurité des enfants et des professionnels (fermeture de places ou réduction de l’amplitude horaire). Tout comme le secteur social et médico-social, la petite enfance est confrontée à un manque d’attractivité : de nombreux postes vacants avec des difficultés à recruter des professionnels formés et qualifiés (peu ou pas de candidatures aux offres publiées); un recours de plus en plus important à l’intérim s’accompagnant d’un cout financier conséquent ; peu de candidats dans les organismes de formation. Ces difficultés se sont accentuées eu égard aussi au manque de reconnaissance des professionnels de la petite enfance, qui n’ont pas encore bénéficié de revalorisations salariales comme les autres secteurs des métiers de l’humain, et dont l’Etat renvoie à un dialogue en interbranche sans donner aucune visibilité sur les financements alloués dans le cadre de la future Convention d’Objectif et de Gestion entre l’Etat et la CNAF.

[1] Bilan du modèle de financement des EAJE par la PSU, CNAF, 28 juillet 2022 : 417 236 places d’accueil dont 22,8% gérées par des associations

Les propositions

Pour assurer la stabilité du secteur associatif et pour ne pas laisser plus de 95 000 enfants1 et familles sans solution d’ici 2 ans, et pérenniser les crèches associatives qui gèrent 22,8% des places de crèches PSU, les fédérations et organisations associatives proposent de :

Sur le plan financier

  • A court terme, sécuriser les financements en revalorisant a minima la PSU à hauteur de 12% et les subventions des collectivités territoriales (sans prise en compte des revalorisations salariales promises par le Gouvernement)
  • A moyen terme, sortir du système de la PSU en créant un financement global avec des clauses de régulation liées à l’activité effectivement réalisée, et ce pour assurer leur pérennité dans les années à venir.
  • Renforcer les moyens financiers des fonds d’urgence des CAF pour accompagner celles les plus en difficultés.

Sur le plan des ressources humaines

  • Revaloriser les salaires en évitant toute concurrence entre les secteurs public et privé solidaire, et en donnant de la lisibilité quant à l’engagement financier de l’Etat aux organisations en charge de négocier les accords au niveau de chaque branche.
  • Valoriser les métiers petite enfance, et identifier les impacts de la campagne de valorisation des métiers de 2023 pour définir un plan d’action pluriannuel d’attractivité des métiers.
  • Créer des parcours d’évolution professionnelle pour chaque professionnel au sein des crèches.

Les signataires du manifeste

Marie-Josée DAGUIN

Présidente

Union nationale ADMR

Philippe DA COSTA

Président

Croix-Rouge française

Marie-Sophie DESAULLE

Présidente

FEHAP

Céline LEGRAIN

Présidente FNAPPE

Directrice générale Crescendo

A lire également…

guylaine chauvin

10 avril 2024

Guylaine Chauvin rejoint le Groupe SOS en tant que Directrice générale du secteur jeunesse

Guylaine Chauvin, anciennement Directrice adjointe de cabinet du ministre de la Santé et de la Prévention jusqu’à décembre dernier, rejoint…

Lire la suite

8 avril 2024

Handicap : le FAM Marly et le Groupe SOS Solidarités réagissent fermement aux accusations

Le 24 mars 2024, l’émission Zone Interdite a consacré un reportage à l’accompagnement des personnes en situation de handicap en…

Lire la suite

29 mars 2024

​​La trêve hivernale, un cache-misère​

Le 31 mars marque la fin de la très célèbre « trêve hivernale », période de suspension des expulsions locatives…

Lire la suite

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Témoignages, initiatives, événements…
Toute l’actualité du Groupe SOS dans votre boîte e-mail.

Les champs marqués par (*) sont obligatoires. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les lettres d’information sur notre activité. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. Pour en savoir plus sur vos droits, veuillez consulter la charte de protection des données personnelles.