Acualités Groupe SOS

ACTUALITÉS

Handicap : l’inclusion dans les starting blocks

5 septembre 2023 • ACTUALITÉS

Aubin Villain est éducateur sportif au Groupe SOS depuis 3 ans. Il a peu à peu mis en place une grande diversité d’actions sportives pour les résidents en situation de handicap du Foyer de vie et du Foyer d’accueil médicalisé (FAM) Le Cottage , en Seine-et-Marne. Aubin voit en la pratique du sport un atout formidable pour les personnes qu’il accompagne : l’ouverture de et vers la société.

Comment ? Des apaisants bords de la Marne à l’intense affluence du quartier de la Défense, nous avons suivi Aubin sur une journée. Immersion.

En ce mardi 16 mai, le soleil est doux, parfait pour une escapade sur les bords de la Marne. Cette rivière longe la ville de Chelles, où se situent les deux bâtiments du Foyer d’accueil médicalisé Le Cottage : un accueil de jour et un internat, qui accueillent des adultes en situation de handicap, présentant des troubles du spectre autistique ou des troubles envahissants du développement. À 10h, nous rejoignons Aubin, éducateur sportif, qui mène un joyeux groupe de personnes en situation de handicap pour une marche de 5 kilomètres qui démarre de l’établissement.

« D’habitude, le mardi matin, on pratique les arts du cirque avec ce groupe, mais le partenaire a annulé » raconte Aubin. « Dans ces moments-là, je remplace par une autre activité, mais toujours hors de l’établissement. Non seulement ils en ont besoin pour se sentir bien,mais c’est essentiel aussi pour leur épanouissement ! » L’activité sportive, plus que du maintien en forme, est une formidable opportunité de socialisation. Voilà la conviction d’Aubin. « Lorsqu’on sort, que ce soit à la piscine ou pour marcher, ils apprennent à respecter un cadre, des règles, une manière de se comporter. » Pas toujours facile, mais la régularité des activités amène des résultats. Romain, l’un des résidents, adore partir marcher devant par exemple. « Au début, c’était compliqué de le retenir. Aujourd’hui, il attend naturellement à chaque croisement, voire fait demi-tour pour retrouver le groupe ».

 

«  Le fait d’être à l’extérieur, ça permet aux bénéficiaires de s’ouvrir. Les familles voient directement les changements que cela amène ! »

 

Aubin, éducateur sportif au Foyer Le Cottage.

 

Un autre participant, lui, réagit impulsivement dès qu’il voit certaines motos ou voitures, et tente de les abîmer. « Dès qu’on en voit au loin, on le prévient. Il essaye alors de rester calme, et la plupart du temps, il y arrive. » Des incidents peuvent arriver, mais le groupe est toujours heureux de ces sorties. « Le sport, ce n’est pas forcément mon truc à la base, je vois ça comme une torture » dit en rigolant Alexandre, au Foyer de vie depuis 4 ans. « Mais j’aime bien la marche et le vélo quand même. Et je fais aussi du tir à l’arc ! »Pour quelqu’un qui considère le sport “comme une torture”, on aura connu moins sportif…

« Notre objectif, c’est que chaque personne participe à 2 activités sportives chaque semaine », explique Aubin. Pour cela, il mise sur la diversité des activités proposées, première force de la dimension sportive au Foyer Le Cottage. Aubin est d’ailleurs loin d’être le seul à s’investir sur le sujet dans l’équipe de l’établissement : les éducateurs spécialisés et la psychomotricienne organisent aussi divers ateliers en lien avec le sport. Les personnes accompagnées peuvent ainsi suivre des activités qu’ils aiment, sans se forcer. Chacun dispose alors d’un parcours adapté. Johann, par exemple, nous raconte fièrement faire du tir à l’arc, du badminton, et aller à la piscine. Geoffrey, lui fait de l’athlétisme les jeudis soir avec le club de Torcy.

Et c’est la deuxième force du projet sportif du Foyer : organiser dès que possible les activités avec les clubs traditionnels et s’entraîner avec les autres licenciés, dans une logique de mixité et de sport adapté. C’est d’ailleurs le cas de l’activité de l’après-midi. À 13h30, Aubin et 3 autres personnes accompagnées, Julien, Lucie et Arland, rejoignent comme chaque semaine un club de randonnée pour une “randonnée-santé”.

Une quinzaine de personnes attendent avec impatience le petit groupe du Foyer. Et c’est réciproque ! Dès la descente de la voiture, Lucie s’approche des randonneurs et les salue à sa manière, en allant doucement leur toucher le bras, les uns après les autres. Car malgré les difficultés de communication et d’interactions sociales de Julien, Lucie et Arland, celles-ci n’ont pas empêché la complicité de s’installer au sein du groupe. À la pause goûter, chacun est amusé de voir Lucie tenter, comme à son habitude, de déjouer la vigilance d’Aubin pour quémander des gâteaux supplémentaires auprès de chaque personne. « Ils sont sympas, ils nous reconnaissent, ils communiquent avec nous… » nous dévoile François, l’un des randonneurs. « Je n’avais jamais été en contact avec des personnes en situation de handicap avant qu’ils rejoignent le club… Et je pense que tout le monde est content, ça nous apporte à tous quelque chose : c’est agréable, et on a l’impression d’être utiles pour eux aussi ».

Un constat que nous allons pouvoir vérifier directement en cette fin de journée. Après avoir quitté le groupe de randonneurs, nous retournons au Foyer vers 16h. Pour la dernière activité du jour, nous quittons Chelles pour nous rendre à l’imposant quartier de la Défense. L’objectif : la course Vertigo, une course verticale organisée par PLAY International, une association qui fait également partie du Groupe SOS. Geoffrey, Jordy, Tristan et Emmanuel vont se relayer pour monter les 42 étages de la Tour CB21, accompagnés par Aubin et Océane, une monitrice-éducatrice du Foyer qui
nous a rejoints spécialement pour l’occasion.

Au milieu de la foule de coureurs, l’ambiance est électrique et chaleureuse. Nos 4 sportifs s’en imprègnent complètement, et tout sauf timides, dansent et applaudissent au rythme de la musique. Certains participants, speakers et bénévoles qui les entourent ont visiblement perçu le handicap,
mais loin d’être gênés, sourient de l’intensité avec laquelle ce moment est vécu par l’équipe du Cottage. Pas impressionné par l’ampleur de l’événement, Emmanuel continue ainsi de danser jusqu’au moment de rentrer dans la course.

 

« Un jour, lors d’une course, Tristan a mis son dossard à l’envers. Pour qu’il ne soit pas vu comme à part, les autres membres du club ont décidé de mettre aussi leur dossard à l’envers. J’ai été très touché par cette solidarité ! »

 

François, père de Tristan, accompagné au Foyer de vie Le Cottage

 

Le chrono final de leur course compte bien peu finalement, et n’a d’ailleurs jamais été un critère de réussite pour Aubin. L’expérience du moment,
de la vie en société, de leur présence à un événement grand public est bien plus précieuse. Non pas parce que cette expérience est unique, mais bien parce qu’elle en appelle d’autres. Nos quatre coureurs du jour ne vont pas arrêter leurs courses vers l’inclusion en si bon chemin. L’objectif pas si secret : les emmener au Marathon Pour Tous des Jeux Olympiques 2024. Physiquement, seront-ils prêts ? Nul ne le sait encore, pas même Aubin. Socialement et psychologiquement, par contre, ils le sont déjà. Et c’est sûrement l’exploit sportif le plus remarquable.

A lire également

20 septembre 2023

Suivi des personnes poursuivies ou condamnées pour terrorisme : nos réponses à Mediapart 

Mediapart a publié, le 10 juillet 2023, puis le 19 septembre 2023, deux articles sur l’antenne lyonnaise du programme PAIRS.…

Lire la suite

19 septembre 2023

EACD & PPI : Insérer la jeunesse égyptienne sur le marché du travail

L’histoire de l’Egyptian Association for Comprehensive Development (EACD) débute il y a 28 ans en Égypte, mais la coopération entre…

Lire la suite

14 septembre 2023

L’ONG Santé Sud mobilisée au Maroc

Dans la nuit du 8 au 9 septembre 2023, un séisme de magnitude 6.8 a touché les régions de Marrakech,…

Lire la suite

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Témoignages, initiatives, événements…
Toute l’actualité du Groupe SOS dans votre boîte e-mail.

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les lettres d’information sur notre activité. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. Pour en savoir plus sur vos droits, veuillez consulter la charte de protection des données personnelles.