Acualités Groupe SOS

ACTUALITÉS

Hébergement d’urgence : faire face aux violences faites aux femmes

23 novembre 2023 • ACTUALITÉS

Elles sont 25 femmes, de tout âge, à être rassemblées sous le toit rassurant de lHébergement d’Urgence (HU) de la Jasse de Maurin, géré par l’association Groupe SOS Solidarités. Toutes ont des parcours différents, teintés d’épreuves difficiles, qui les ont amenées aujourd’hui à être ici. Mais toutes sont aussi accompagnées par l’équipe du HU, attentive à détecter toutes les fragilités ou besoins des résidentes. Même si les sujets sont délicats et difficiles à aborder. Comme celui des violences qu’elles ont pu subir. 

Dans cet établissement flambant neuf qui accueille des femmes depuis moins d’un mois, Tifanny compte s’assurer que l’accompagnement des victimes de violences soit le plus adapté possible. Monitrice éducatrice, elle est aussi référente Violences faites aux femmes de l’établissement. Elle suit un Diplôme universitaire spécialisé dans la prise en charge des victimes, financé par l’association Groupe SOS Solidarités. Sa première mission : libérer la parole. On ne peut pas les forcer à parler”, explique-t-elle. Par contre, on peut créer l’environnement qui leur donne envie d’en parler”. 

Un défi que semble relever avec cœur l’équipe de l’établissement. Grâce aux appartements individuels du HU, les femmes accueillies retrouvent une intimité et une sérénité qu’elles pouvaient avoir perdues. Bien qu’entièrement meublé et équipé, chacune est libre de décorer son studio comme elle le souhaite pour se sentir chez elle. Surtout, l’accompagnement et la posture de l’équipe ont permis à une confiance sincère de s’installer. Les moments de complicité et d’échanges viennent naturellement. Vers 16h, Fatima et Latifa, deux des résidentes, descendent offrir un thé marocain faitmaison à Tifanny et Cathy, la deuxième éducatrice spécialisée du HU. Elles discutent de longues minutes, à grand renfort de sourires et de souvenirs partagés. Le délicieux thé est sans hésiter partagé aux autres membres de l’équipe qui travaillent à côté : Jean Christophe, directeur, Delphine, assistante de direction… 

Bien sûr, la vie n’est pas rose, et les problèmes de voisinage existent ici comme partout. Il y a déjà eu des montées en tension, et l’on peut entendre des résidentes râler. Mais ça n’empêche pas Fatima d’être reconnaissante : Ici, c’est comme une famille. Victime d’une arnaque, elle s’était retrouvée sans appartement. Mais ici, elle a renoué avec sa passion et ancien travail : la peinture. Elle prévoit de mettre son talent au service de l’établissement, avec une série dœuvres sur le thème de Noël, pour habiller les espaces communs.

 

A Montpellier, la Jasse de Maurin, établissement mixte du Groupe SOS Solidarités, réunit sous un même toit une Pension de famille, un Centre de Soin, d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie (CSAPA) et un Hébergement d’Urgence (HU)pour femmes. Trois dispositifs intégrés qui permettent une stabilisation résidentielle et une prise en charge au plus près des besoins, dans un cadre calme et bienveillant.

 

Comme Fatima, les autres résidentes commencent à prendre leurs marques dans ce nouveau lieu de vie. Et l’équipe est proactive pour que chacune puisse être actrice de son accompagnement. Pour la première fois, Tifanny rassemble les résidentes pour une réunion. Parmi les sujets du jour : comment être aidée lorsqu’on subit des violences ? A l’annonce du sujet, une résidente répond impulsivement, sans filtre : Moi, à part hurler, crier, me débattre, je ne vois pas ce que je peux faire de plus. Tifanny avait justement préparé la question, et partage alors des ressources clés, tels que le numéro d’écoute national, des liens de site internet ou les coordonnées d’autres associations locales pouvant les soutenir. 

 

Diplôme Universitaire Violences faites aux femmes

En lien avec le projet Violences au sein du couple déployé dans plusieurs établissements  pilotes de l’association Groupe SOS Solidarités, il est proposé aux professionnel·le·s de l’association de bénéficier de cette formation délivrée par l’Université Paris 8. Grâce à une approche juridique, clinique et sociale, ce diplôme permet aux équipes des établissements de repérer, accompagner et orienter les victimes de violences en adoptant une posture professionnelle adaptée.

Plus d’information

 

« Notre porte est toujours ouverte pour vous écouter »

Tifanny, monitrice-éducatrice et référente violences faites aux femmes. 

Ces moments de discussions et de sensibilisation sont essentiels. Certaines violences ne sont pas toujours perçues comme telles. Des affichages, flyers et autres supports sont visibles un peu partout dans l’établissement. Mais le souhait de l’équipe, c’est surtout de s’adapter aux besoins exprimés par les résidentes. Les professionnel·le·s leur demandent comment elles aimeraient être mieux informées ou accompagnées sur le sujet. Des idées commencent à fuser : changer les affichages, apprendre à utiliser les outils numériques d’alerte, faire venir des associations pour témoigner de leur action directement dans le centre… Pour clôturer le sujet, Tifanny répète fermement que toute l’équipe sera toujours là pour les écouter, si elles ont envie de parler. Il faut bien leur signifier explicitement que nous sommes là pour les aider dans tous leurs problèmes, y compris les violences. Et montrer que ce n’est pas un tabou.  

Ce n’est que le début de la mise en place pour l’Hébergement d’urgence pour femmes de la Jasse de Maurin. En janvier, toute l’équipe participera à une formation de 3 jours, dispensée par la référente nationale Lutte contre les violences faites aux femmes de Groupe SOS Solidarités. 

Car c’est bien toute l’ambition de la Jasse de Maurin : au-delà de l’aspect physique du refuge, l’équipe crée des espaces où chacune peut retrouver des habitudes, reconstruire ses projets de vie, rompre avec l’isolement et trouver un accompagnement auprès de l’équipe, quelles que soit les difficultés. Un soutien précieux qu’apprécient les résidentes. Le souhait de l’une d’entre elles pour Noël ? « Juste être entre nous, rigoler, oublier les problèmes. » 

La formation professionnelle Violences au sein du couple

L’association Groupe SOS Solidarités déploie depuis 2023 le projet Violences au sein du couple. L’objectif ? Outiller les professionnel·le·s à l’identification et la compréhension des mécanismes de violences conjugales. Ces sessions de formation s’adaptent aux besoins de chaque établissement pour permettre in fine la formalisation d’outils, l’animation de groupes de travail, ou encore le renforcement de partenariats locaux spécialisés, afin de garantir une meilleure écoute et prise en charge des victimes.

Aller plus loin

En France, l’accès au logement est un droit fondamental et inconditionnel. Pourtant, plus d’1 million de personnes sont aujourd’hui privées de logement personnel et 300 000 sont sans domicile fixe. Perte d’emploi, addictions, violences conjugales, ruptures familiales, … des facteurs multiples peuvent faire basculer les personnes dans la précarité jusqu’à la perte d’un domicile stabilisé. Au sein de la population sans domicile, les femmes se trouvent dans une situation de vulnérabilité particulièrement accrue face aux dangers de la rue.

Découvrez toutes les actions du Groupe SOS aux côté des femmes en situation d’exclusion

Découvrir

A lire également

20 février 2024

Paulin, infirmier auprès de personnes addict en grande précarité au Sleep In Paris

La crise persistante liée à la consommation de substances telles que le crack et l’héroïne est un problème de santé…

Lire la suite

30 janvier 2024

Ahmed Aiyoun, l’histoire d’un entrepreneur social égyptien

Ahmed Aiyoun est un jeune homme de Minya (Egypte) accompagné par PPI – People Power Inclusion qui a décidé de…

Lire la suite

26 janvier 2024

Face à la crise agricole, les convictions du Groupe SOS pour concilier agriculture, justice sociale et transition écologique

Lire la suite

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Témoignages, initiatives, événements…
Toute l’actualité du Groupe SOS dans votre boîte e-mail.

Les champs marqués par (*) sont obligatoires. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les lettres d’information sur notre activité. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. Pour en savoir plus sur vos droits, veuillez consulter la charte de protection des données personnelles.