Acualités Groupe SOS

ACTUALITÉS

Précarité et violences alimentaires : des réalités à combattre

14 décembre 2022 • ACTUALITÉS

La précarité alimentaire est à l’origine de ce que Bénédicte Bonzi, docteure en anthropologie et cheffe de projet Agricultures et Alimentation au sein du cabinet de conseil en transition Auxilia, définit comme des « violences alimentaires ». Des conséquences physiques et psychologiques que vivent quotidiennement les bénéficiaires de l’aide alimentaire. Quelles sont-elles ? Quelles sont les solutions ? Entretien.

Educatrice spécialisée de formation, Bénédicte Bonzi a mené pendant plusieurs années des travaux de recherches, en lien avec les associations d’aide alimentaire, dans le cadre d’une thèse.

D’où viennent les « violences alimentaires » ?

« Après plusieurs années sur le terrain à agir dans l’aide alimentaire, on remarque une certaine tension chez les personnes qui y ont recours. J’ai déjà vu un jeune homme prêt à frapper un autre bénéficiaire qui lui avait volé un éclair au chocolat qu’il venait de recevoir. Ce sont des scènes qui arrivent, pas souvent, mais qui arrivent… Comment ce jeune homme a-t-il pu en arriver-là ? Ce que l’on perçoit du terrain, et ce que mes recherches m’ont mené à conclure, c’est que cette violence comportementale résulte des violences que cette personne vit au quotidien. Pour ce jeune homme, comme pour les trop nombreuses personnes qui vivent une situation de précarité alimentaire, cela provient d’une situation structurelle liée à notre système alimentaire, défectueux. C’est l’obligation de survivre dans un pays où le droit à l’alimentation, théoriquement garanti, n’est pas appliqué. »

Quelles formes peuvent prendre ces violences ?

« Les violences physiques sont assez connues et issues d’une dénutrition ou d’une malnutrition : obésité, hypertension, anémie… Les violences psychologiques, ou morales, résultent de tout l’environnement : des situations d’intimidation dans la file d’attente d’une aide alimentaire, des situations de contrôle, avec l’obligation de montrer régulièrement leurs papiers, la frustration de ne pas avoir suffisamment à manger…  Ces violences morales sont insidieuses, parce qu’elles font pleinement partie de leur quotidien, et s’intensifient peu à peu chaque jour. C’est très dur pour ces personnes, mais pas que : les bénévoles de l’aide alimentaire sont également en première ligne pour vivre ces tensions, les absorber. Cela leur donne un rôle social énorme, qui va bien plus loin que le don de nourriture. »

Comment peut-on agir ?

« Comme je l’ai dit, les structures de l’aide alimentaire sont essentielles, en tant que dernier rempart à ces violences. Les bénévoles font un travail formidable. Il nous faut aller plus loin avec eux, nous baser sur leurs connaissances et compétences pour repenser le système alimentaire au niveau national, et à l’échelle des territoires. C’est ce que nous faisons avec Auxilia : nous proposons de coordonner les différents acteurs de l’aide et de l’approvisionnement alimentaire au sein d’un territoire : comment bien recenser le nombre de personnes dans le besoin, qui est souvent bien supérieur au nombre de demandeurs ? Quelles sont les capacités de réponses, localement ? Où trouver les produits ? Quels moyens mettre en œuvre ? Comment y associer les bénéficiaires de l’aide alimentaire au quotidien ? Autant de questions auxquelles nous répondons, en lien avec tous les acteurs des territoires qui recherchent notre expertise, et dans la perspective d’œuvrer au déploiement d’une véritable démocratie alimentaire. »

Vous aimerez aussi…

19 avril 2024

Le Groupe SOS et la Fondation Le Refuge annoncent la reprise de Têtu

Le Groupe SOS, groupe associatif d’ampleur, fondé en 1984 pendant les “années sida”, et La Fondation Le Refuge, engagée depuis 2003 dans la lutte contre l’homophobie, la transphobie et la…

Lire la suite

19 avril 2024

Grande Cause Nationale 2024 : le ministère des Sports et des Jeux Olympiques et Paralympiques et le Groupe SOS s’associent pour rendre le sport plus inclusif

Jeudi 18 avril, à l’occasion du Sommet de la Mesure d’Impact, le ministère des Sports et des Jeux Olympiques et Paralympiques et le Groupe SOS ont signé une convention de…

Lire la suite

16 avril 2024

Ogénie, bien plus qu’un “simple site internet” 

Le 15 avril 2024, Rue89 Strasbourg a publié une enquête sur la plateforme Ogenie.fr portée par notre association Groupe SOS Seniors. Cet article a été repris par Médiapart le 16…

Lire la suite

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Témoignages, initiatives, événements…
Toute l’actualité du Groupe SOS dans votre boîte e-mail.

Les champs marqués par (*) sont obligatoires. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les lettres d’information sur notre activité. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. Pour en savoir plus sur vos droits, veuillez consulter la charte de protection des données personnelles.