Acualités Groupe SOS

ACTUALITÉS

Renforcer la lutte contre les violences envers les femmes au Maroc : Santé Sud et le réseau LDFF – INJAD 

25 novembre 2023 • ACTUALITÉS

Le réseau LDDF-INJAD contre la violence du genre est une association marocaine membre de la Fédération des ligues des droits des femmes. Fondée en 2009, son objectif principal est de lutter contre la violence basée sur le genre et de fournir un soutien vital aux femmes victimes de violences liées au genre. Le réseau travaille en étroite collaboration avec l’ONG Santé Sud du Groupe SOS, notamment dans le cadre du projet SentinElles. La parole à Chaimae Touati, chargée de communication au sein du réseau LDDF-INJAD. 

 

Les problèmes locaux impliquent des solutions locales. C’est la conviction du Groupe SOS, qui agit à l’international auprès des acteurs locaux de plus de 50 pays. Les ONG, associations et entreprises sociales du Groupe SOS transmettent des savoirs, des savoir-faire, et travaillent en coopération étroite avec les acteurs de la société civile locale, plutôt que de les remplacer, afin de permettre aux pays d’assurer leur propre développement à terme. 

 

Comment le réseau LDDF-INJAD lutte-t-il contre les violences faites aux femmes ?

Nous poursuivons 5 objectifs fondamentaux : 

Défendre les valeurs de l’égalité entre les femmes et les hommes

Combattre toute forme de discrimination et de pensée d’infériorité envers les femmes

Lutter contre toutes les manifestations de violence basée sur le genre

Sensibiliser et éduquer les femmes sur la notion de violence basée sur le genre

Autonomiser les femmes victimes de violence de genre en les impliquant activement dans la lutte contre la violence et en favorisant le changement de leur réalité et de leur vécu discriminatoire

Concrètement, nous agissons sur le terrain autour de deux volets. 

Nous agissons directement auprès des victimes, à travers neuf centres d’écoute répartis dans tout le Maroc, où des conseils juridiques et un soutien psychologique sont offerts aux femmes ayant subi des violences de genre. Nous gérons également le centre d’hébergement Tilila, au Nord-Est de Casablanca, qui accueille et met en place des accompagnements pour renforcer l’autonomie socio-économique des femmes et ainsi favorise leur émancipation. Chaque année, nos centres accueillent en moyenne de 1 000 à 1 600 femmes. En général, 80% d’entre elles sont victimes de violences conjugales, sous toutes ses formes, tandis que les 20% restantes sont victimes de violences extra-conjugales. 

Nous nous mobilisons sur la sensibilisation de tous les acteurs et la formation des équipes professionnelles. Pour impulser un changement positif plus global au Maroc, nous collaborons étroitement avec d’autres organisations, institutions gouvernementales, et des partenaires de la société civile. Cela nous garantit d’avoir accès aux meilleures ressources de mieux toucher le grand public. Il est nécessaire que ce dernier se sente de plus en plus concerné et sensibilisé aux violences basées sur le genre. 

C’est pour renforcer nos deux volets, d’ailleurs, que nous travaillons avec une ONG telle que Santé Sud. 

Justement, pourquoi collaborer avec Santé Sud ? 

Nous travaillons avec Santé Sud dans le cadre du programme SentinElles, sur le projet nommé “3Inaya”. Lancé en 2022, il consiste à mettre en œuvre des actions de promotion et de renforcement du respect des droits en santé sexuelle et reproductive, ainsi que l’égalité femmes-hommes, tout en prévenant les violences basées sur le genre. 

Les équipes de Santé Sud travaillent depuis longtemps sur ces sujets et nous aident ainsi à construire nos programmes pour que nous puissions par la suite former les professionnels de santé sur l’identification, le dépistage, la prise en charge et l’orientation des femmes victimes de violence, et aussi pour que les écoutant·es et les assistant·es social·es de nos centres soient mieux outillées pour l’accompagnement psychologique des survivant·es de violences. 

C’est une collaboration précieuse, afin de renforcer la qualité et la mise en place de nos actions. La collaboration avec l’ONG a également permis de lancer un dispositif de prise en charge des survivantes dans plusieurs régions du Maroc. 

Aujourd’hui, où en est le projet 3Inaya ? 

Depuis le lancement du projet, nous sommes fier.e.s d’avoir déjà des résultats concrets auprès des communautés concernées.  

Nous avons élaboré et diffusé un carnet de messages clés pour promouvoir les droits et la culture de l’égalité femmes-hommes, ainsi que la Santé et les Droits Sexuels et Reproductifs (SDSR). Nous avons mené une campagne de sensibilisation sur les réseaux sociaux, et directement dans les écoles, les centres de santé et les lieux publics des régions de Béni Mellal-Khenifra, Rabat-Salé-Kénitra et Casablanca-Settat. 

Un fonds de prise en charge a été constitué pour accompagner 240 survivantes de Violences Basées sur le Genre (VBG). Un dispositif de suivi-évaluation a été mis en place pour collecter des données sur les cas de VBG, ce qui permettra de soutenir le plaidoyer en faveur de la promotion des droits, de la prévention des VBG et de la protection des survivants. 

Quels sont les enjeux à venir pour le réseau LDFF-INJAD et Santé Sud ? 

Nous voulons lancer un nouveau format de sensibilisation : la création et la représentation de trois pièces de théâtre forum, pour promouvoir les droits et la santé sexuelle et reproductive, ainsi que la culture de l’égalité femmes-hommes, auprès de 30 adolescent·es. Plus que sensibiliser, ce format entend encourager des comportements responsables et égalitaires chez les jeunes participants.   

Aussi, le réseau INJAD est activement engagé dans l’élaboration de son rapport annuel sur la violence. Ce rapport joue un rôle essentiel en documentant et en analysant les données relatives à la situation de violence au Maroc, offrant ainsi une perspective claire sur l’ampleur et les tendances de ce fléau au sein de notre société.  

De plus, le réseau se prépare avec enthousiasme pour la prochaine campagne des 16 jours d’activisme, une initiative mondiale visant à sensibiliser et à agir contre les violences faites aux femmes. Cette campagne, qui se déroule du 25 novembre au 10 décembre, mobilisera des individus, des organisations et des communautés pour promouvoir l’égalité des sexes et mettre fin à la violence basée sur le genre.  

Le réseau INJAD continue donc de jouer un rôle actif et crucial dans la lutte contre la violence et la promotion des droits des femmes.

A lire également

20 février 2024

Paulin, infirmier auprès de personnes addict en grande précarité au Sleep In Paris

La crise persistante liée à la consommation de substances telles que le crack et l’héroïne est un problème de santé…

Lire la suite

30 janvier 2024

Ahmed Aiyoun, l’histoire d’un entrepreneur social égyptien

Ahmed Aiyoun est un jeune homme de Minya (Egypte) accompagné par PPI – People Power Inclusion qui a décidé de…

Lire la suite

26 janvier 2024

Face à la crise agricole, les convictions du Groupe SOS pour concilier agriculture, justice sociale et transition écologique

Lire la suite

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Témoignages, initiatives, événements…
Toute l’actualité du Groupe SOS dans votre boîte e-mail.

Les champs marqués par (*) sont obligatoires. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les lettres d’information sur notre activité. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. Pour en savoir plus sur vos droits, veuillez consulter la charte de protection des données personnelles.