Acualités Groupe SOS

ACTUALITÉS

TRI 37 : Économie circulaire, le pari de l’humain

3 octobre 2023 • ACTUALITÉS

Il est 8h à La Riche, dans la proche banlieue de Tours. Trois camions sortent d’un hangar, embarquant chacun 3 personnes, toutes vêtues d’un gilet orange. Ils commencent leur ballet  de va-et-vient, qui durera jusqu’à 16h.

Ce sont eux qui, méthodiquement, vont récolter les cartons jetés par les commerçants de la métropole, avant de les déposer au centre de tri. Eux, ce sont des salariés en insertion et leurs encadrants techniques. Tous sont employés par TRI 37, entreprise spécialisée dans la collecte et la revalorisation de déchets.

Les contrats des salariés en insertion sont  des contrats spécifiques, renouvelables jusqu’à  2 ans en cumulé. Pour y avoir accès, il faut correspondre à des critères précis, témoignant  de profonds obstacles à l’emploi : être chômeur  de 24 mois ou plus, toucher des minimas sociaux, être jeune de moins de 26 ans en grande difficulté,  ou être travailleur reconnu handicapé. « À leur arrivée, on remarque que les personnes font face à de nombreux freins qui les empêchent de se projeter dans un métier », nous explique Michelle, chargée d’insertion  professionnelle (CIP). Avec sa responsable Elisabel,  elles suivent les 39 équivalents temps-plein en insertion de l’entreprise. Dès l’entretien d’embauche, elles font un bilan avec le bénéficiaire. Niveau de langue, fracture numérique, absence de logement ou difficulté de mobilité : leurs problèmes sont nombreux et, malheureusement,  se cumulent souvent. « Comment peut-on se projeter  dans un avenir professionnel, quand on ne sait pas  où dormir le soir ? » nous rappelle Michelle.

Pour lever ces freins à l’emploi, Michelle et Elisabel  font appel à d’autres acteurs du territoire : professeurs de Français Langue-étrangère, Action Logement,  Wimoov… Un travail de partenariat qui n’est pas  toujours facile. Les salariés ont par exemple souvent  des fragilités en santé psychique, et trouver un professionnel qui peut intervenir n’est pas chose  aisée. «Les 6 premiers mois, on est surtout concentrés sur la stabilisation de leur vie. Après seulement,  on peut commencer à construire le projet professionnel». L’accompagnement est personnalisé, le rythme des rencontres entre les chargées d’insertion  professionnelle et le salarié en insertion est adapté aux besoins. Chaque semaine, Elisabel et Michelle font un bilan de l’évolution de chacun, avec les encadrants  techniques et Eric, le directeur. L’objectif à la fin  de leur contrat : qu’ils aient trouvé un emploi en CDI ou une formation.

 

« On forme à des métiers faiblement qualifiés. Il ne faut pas rêver, des portes ne s’ouvrent pas en grand  après quelques semaines de contrat en insertion» explique Eric, directeur de TRI 37. «Mais peu à peu, leur faire retrouver un rythme, une assiduité, et surtout  l’habitude de la socialisation, ce sont les premiers pas ! ».

 

De belles histoires ont d’ailleurs jalonné les 30 ans d’existence de l’association. Trois encadrants techniques actuels étaient salariés en insertion plus de 15 ans auparavant : Myriam, Ali et Didier. Si la collecte de carton est l’activité historique de TRI 37 depuis sa création en 1993, l’association a diversifié ses activités et exploite plusieurs sites. À La Riche par exemple, collés aux bureaux de l’association, Myriam et son équipe trient et revalorisent 30 tonnes de déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE) chaque mois. Dans la partie Nord de Tours, Ali et son équipe de 3 salariés gèrent des flux d’encombrants. Nous retrouvons également Olivier et Didier à l’installation d’une déchetterie éphémère au festival Terre du Son, qui verra passer dans les jours qui suivent des musiciens reconnus comme Orelsan ou ShakaPonk. Tout au long du festival, l’équipe triera sur place les flux de déchets. Elle jouera également un rôle de sensibilisation au tri, en s’appuyant notamment sur une équipe de bénévoles motivés.

Quinze salariés en insertion travaillent également  au centre de tri géré par la société Coved, filiale locale de Paprec, leader français du recyclage. Les équipes  de TRI 37 sont mélangées aux employés de Coved, sans distinction. «Au point que parfois, les responsables  du site oublient un peu trop que ce sont des salariés  en insertion, et qu’il faut un peu adapter le management» raconte Éric avec une pointe de frustration,  mais un grand sourire. Malgré les quelques ajustements  nécessaires, le travail avec Coved, initié depuis  la création du centre de tri, est une réelle chance pour ses bénéficiaires. On apprend d’ailleurs le jour même que plusieurs salariés en insertion vont y être embauchés en CDI, au plus grand bonheur de Michelle et d’Elisabel.

«Ce centre de tri va bientôt déménager» nous dévoile Éric. Un nouveau site va ouvrir non loin de là, et toute l’activité, y compris les équipes de TRI 37, y sera délocalisée. «À son ouverture, ce sera le centre de tri le plus mécanisé de France ! On va passer  de 22000 tonnes traitées par an à 50000». Une hausse de la production, mais qui n’impliquera pas de grand changement pour les effectifs de l’association. «Comme tout sera automatisé, le nombre d’agents nécessaire augmentera très peu» précise Éric avec regret. «C’est le sens du progrès pour ces entreprises. À l’inverse, dans un monde qui s’automatise, nous on parie sur l’humain. On est un ovni  dans le milieu !».

Un pari sur l’humain qui semble inspirer les équipes de TRI 37 vers de nouveaux projets. Elles ont lancé «La Caverne de Tri’Tout», une recyclerie implantée sur le site d’une déchetterie non loin de Tours. Les équipes y récupèrent des dons et passent plusieurs fois par jour récupérer des objets jetés. Puis les lavent, les retravaillent, font des assemblages… pour y exposer et vendre à petit prix des objets, des meubles et des vêtements qui en raviraient plus d’un.

Elisabel, Miriam (une autre !), et Nicolas transmettent  des compétences et une palette de savoir-faire  aux trois salariés en insertion présents sur le site. Avec Nicolas, ils travaillent le bois dans l’atelier, testent et réparent du matériel électronique. Avec Miriam, qui a une expérience de plusieurs années en magasin, c’est l’art d’exposer et d’agencer, et le contact client qu’ils exercent. Tout cela, sous la gestion bienveillante d’Elisabel, passionnée par la mode, la décoration, et surtout par la possibilité d’insuffler une seconde vie à des objets.

«J’ai travaillé en tant qu’arboriculteur pendant 45 ans, depuis mes 14 ans» nous raconte Philippe, l’un des trois salariés en insertion. «Je me suis retrouvé dans l’obligation de continuer à travailler pour compléter ma retraite, j’ai eu la chance d’arriver ici. Je suis heureux : j’apprends plein de nouvelles choses, tout le monde est bienveillant. C’est super !» complète-t-il avec un grand sourire.

D’autres projets sont dans les tuyaux, pour à la fois valoriser le recyclage et favoriser l’insertion professionnelle des plus vulnérables. Éric cherche aussi un local dans Tours qui servira de vitrine et de point de revente à La Caverne de Tri’Tout. Il projette aussi de lancer un atelier de réparation de vélo directement en milieu carcéral. Des ambitions pour l’avenir qui nous rappellent  avec force un message : personne n’est jamais au bout de son chemin. À condition de leur laisser leur chance – ce à quoi TRI 37 se dédie avec conviction.

A lire également

guylaine chauvin

10 avril 2024

Guylaine Chauvin rejoint le Groupe SOS en tant que Directrice générale du secteur jeunesse

Guylaine Chauvin, anciennement Directrice adjointe de cabinet du ministre de la Santé et de la Prévention jusqu’à décembre dernier, rejoint…

Lire la suite

8 avril 2024

Handicap : le FAM Marly et le Groupe SOS Solidarités réagissent fermement aux accusations

Le 24 mars 2024, l’émission Zone Interdite a consacré un reportage à l’accompagnement des personnes en situation de handicap en…

Lire la suite

29 mars 2024

​​La trêve hivernale, un cache-misère​

Le 31 mars marque la fin de la très célèbre « trêve hivernale », période de suspension des expulsions locatives…

Lire la suite

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Témoignages, initiatives, événements…
Toute l’actualité du Groupe SOS dans votre boîte e-mail.

Les champs marqués par (*) sont obligatoires. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les lettres d’information sur notre activité. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. Pour en savoir plus sur vos droits, veuillez consulter la charte de protection des données personnelles.