Proposer un cinéma associatif et non-lucratif à Paris : le projet du Groupe SOS pour La Clef

Accueil / Actus / janvier 2022

La Clef ne ressemble à aucun cinéma et c’est tant mieux. Jusqu’alors propriété du Comité d’entreprise de la Caisse d’Epargne d’Ile-de-France depuis 30 ans, qui a souhaité vendre ce lieu, La Clef aurait pu faire l’objet d’un projet économique sans âme par de grands groupes privés lucratifs.

A l’inverse, une reprise par le Groupe SOS inscrira désormais La Clef dans une dimension associative, non-lucrative, indépendante, culturelle, sans actionnaire : c’est l’ADN du Groupe SOS depuis plus de 35 ans. Le projet du Groupe SOS s’inscrit dans une continuité vis-à-vis des particularités du lieu : unique et audacieux. Notre projet renforcera un cinéma singulier et à nul autre pareil. Pour articuler son approche hors des sentiers battus, la programmation fera la part belle aux cinéastes proposant des thématiques engagées et sociétales, et sera dissociée des seules logiques de sorties de films.

Les objectifs du Groupe SOS pour La Clef :

1. Préserver l’identité cinéphilique du lieu, autour d’un cinéma en miroir critique de la société. Pour cela, la programmation valorisera des esthétiques atypiques, et proposera des points de vue de cinéastes face aux bouleversements sociaux et sociétaux de notre temps ;

2. Amplifier cette programmation cinéphile d’un contenu de rencontres, débats etc. ;

3. Créer des liens avec Commune Image (Groupe SOS), lieu emblématique du cinéma indépendant à Saint-Ouen, dans une complémentarité entre un lieu de fabrique et un lieu de diffusion, créant par là même des circulations de publics (professionnels et tous publics) entre Saint Ouen et le centre de Paris ;

4. Proposer un programme de développement des publics, en lien avec les dispositifs d’éducation artistique et culturelle (EAC), vers les habitants du quartier (lisière avec les Gobelins), tout en proposant des liens avec des structures culturelles existantes, jusqu’au Muséum national d’Histoire naturelle.

D’autre part, le Groupe SOS réfute avec force un grand nombre de contre-vérités au sujet de cette reprise, ayant circulé ces derniers jours.

NON, LE GROUPE SOS N’A POUSSÉ LA VENTE DE LA CLEF, ET N’EST PAS EN CHARGE DE L’EXPULSION DU COLLECTIF

Le comité social et économique de la Caisse d’Epargne Ile-de- France, propriétaire actuel des lieux, a souhaité vendre. A l’occasion de cette vente, La Clef aurait alors pu faire l’objet d’un projet par de grands groupes privés lucratifs, sans conserver le cinéma. Le Groupe SOS souhaite sauver ce cinéma, et en faire un cinéma associatif, le jour où il sera possible d’y accéder. Indépendamment du Groupe SOS, les pouvoirs publics sont en charge de l’avis d’expulsion du collectif qui occupe illégalement ce site depuis plusieurs mois – collectif qui n’a pas souhaité travailler aux côtés du Groupe SOS pour le maintien de ce cinéma.

Non, le cinéma La Clef ne sera pas privatisé : à l’inverse, actuellement propriété du Comité d’entreprise de la Caisse d’Epargne d’Ile-de-France (donc structure privée), La Clef deviendra une structure associative au sein du Groupe SOS

Ce cinéma appartient au Comité d’entreprise de la Caisse d’Epargne d’Ile-de-France depuis 30 ans, et la programmation a été assurée par différentes associations au fil du temps : toutes des structures de droit privé.

Le cinéma aurait pu faire l’objet d’un projet immobilier par un grand groupe privé lucratif. A contrario, une reprise par le Groupe SOS, acteur de l’économie sociale et solidaire, inscrira La Clef dans un projet associatif, non-lucratif, indépendant, culturel, sans actionnaire : c’est l’ADN du Groupe SOS depuis plus de 35 ans.

Ce projet non-lucratif correspond aux revendications du collectif “Home Cinéma”, qui occupe illégalement La Clef.

Non, le cinéma La Clef ne perdra pas son indépendance artistique

La programmation de La Clef reposera sur un travail de répertoire, sur des films « du monde », une présence massive de documentaires et, surtout, des cartes blanches à des personnalités du monde de la culture, de nombreux collectifs et réalisateurs indépendants, et des personnalités au-delà même du milieu du cinéma.

Pour aboutir à cette programmation engagée et exigeante, un comité éditorial de programmation sera créé, le modèle d’une rédaction de média, afin de préparer la programmation, l’accès aux films et de nouer des partenariats, dans le respect des labels en vigueur, Art et Essai notamment.

Non, le Groupe SOS ne reprend La Clef ni par spéculation immobilière, ni pour en faire un lieu de profit

Le Groupe SOS est une structure à but non lucratif : le caractère désintéressé de nos activités interdit donc la distribution d’un bénéfice à des actionnaires – le Groupe SOS ne dispose d’aucun actionnaire. Avec le cinéma La Clef, le Groupe SOS s’engage à préserver durablement une activité associative de cinéma indépendant, très loin d’une logique de spéculation immobilière.

Depuis sa création en 1984, le Groupe SOS n’a jamais cédé une seule de ses activités d’intérêt général pour des raisons financières : notre objectif est de développer des lieux et services innovants, et de les faire perdurer dans le temps en trouvant un modèle économique soutenable (auto-financement ou soutien par nos partenaires publics et privés).

La branche Culture du Groupe SOS développe d’ores et déjà une politique dynamique en matière de développement de lieux de culture et de cinéma, avec notamment la fabrique de cinéma Commune Image, lieu emblématique du cinéma indépendant à Saint-Ouen ; la salle Rameau à Lyon, dont l’un des objectifs du Groupe SOS est de le rendre accessible à tous les publics, y compris les plus exclus ; ou Souffleur de sens, dont l’objet est de rendre la culture accessible aux personnes en situation de handicap.

D’autre part, ces dernières années, le Groupe SOS a coproduit ou soutenu plusieurs films d’auteurs, dont les réalisations de Bouchera Azzouz (Meufs de Cité, au sujet de l‘immigration maghrébine), d’Ai Weiwei (Human Flow, sur la crise des migrants), ou de Nabil Ayouch (Razzia sur la quête de liberté dans les pays du Maghreb).

A l’exigence artistique se mêle l’exigence sociale, au cœur des valeurs du Groupe SOS. L’une des priorités du Groupe SOS sera d’ailleurs de regagner le classement « Art et Essai » du cinéma.

Oui, l’occupation est illégale et le bâtiment pose des risques de sécurité graves

Par ailleurs, le Groupe SOS rappelle que la justice a été saisie par le propriétaire des lieux et qu’elle a rendu 5 décisions dans cette affaire. Elles vont toutes dans le même sens, confirmant l’occupation illicite des lieux. Les demandes du collectif « Home Cinéma », occupant illégalement La Clef, ont été rejetées par la justice aux motifs notamment que « Home Cinéma », qui avait déjà bénéficié de délais de 2 ans sans payer une quelconque indemnité d’occupation, ne justifiait d’aucune démarche en vue de développer dans d’autres locaux ses activités liées à la culture cinématographique.

Enfin, la justice a souligné d’importants risques de sécurité consécutifs à l’occupation illégale des lieux, relevant “25 non-conformités électriques et conclu aux risques d’incendie et d’explosion”, “des dangers auxquels sont exposés les spectateurs de manifestations organisées par le collectif associatif”.

En reprenant le cinéma La Clef, compte-tenu du choix de la Caisse d’Epargne d’Ile-de-France de vendre ce lieu, le Groupe SOS est fier de bientôt proposer aux futurs spectateurs et spectatrices, de toutes origines sociales, un cinéma associatif et non-lucratif à Paris, et construire un projet et une programmation indépendante, audacieuse, expérimentale et engagée.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn