Nos plaidoyers

Personnes en situation d’exil

L’association Groupe SOS Solidarités est un acteur majeur du secteur social et médico-social en France. Sa mission : fournir des réponses concrètes aux enjeux de solidarités, pour faire en sorte que personne ne soit au bout de son histoire.

Depuis la « crise migratoire » de 2015, le Groupe SOS Solidarités s’investit dans l’accueil, l’hébergement et l’accompagnement des personnes en situation d’exil, avec la ferme conviction qu’elles sont une chance et une richesse pour notre société, notre culture, notre histoire.

Le Groupe SOS Solidarités est gestionnaire de 10 000 places d’hébergement pour des publics sans domicile ou en demande d’asile, et de nombreux services d’accompagnement.

En 2022, près de 18 000 personnes, en provenance notamment de Syrie, d’Ukraine, et d’Afghanistan, ont ainsi été accompagnées dans leurs démarches d’asile et vers l’accès au droit, à la santé, au logement et à l’emploi.

Alors que le Parlement s’apprête à débattre d’une future loi Asile et Immigration, le Groupe SOS formule 14 propositions pour un accueil digne et une inclusion durable des personnes en exil en France. Ce plaidoyer est né des observations quotidiennes de nos professionnels de terrain. Découvrez-le.

Découvrir le plaidoyer complet

 

14 propositions pour un accueil digne et une inclusion durable des personnes en exil en France

Mieux prendre en compte les vulnérabilités des personnes accueillies

Proposition n°1 : Supprimer le délai de carence de 3 mois pour accéder à la Protection Universelle Maladie, pour permettre un accès rapide aux soins, et maintenir le droit à l’Aide Médicale d’Etat (AME).

Proposition n°2 : Mettre en place des solutions d’accompagnement en santé somatique et mentale adaptées aux traumatismes des parcours d’exil.

Proposition n°3 : Renforcer l’accompagnement spécifique des personnes exposées aux violences sexuelles, à la traite et au danger en raison de leur genre ou de leur orientation sexuelle.

Proposition n°4 : Un mineur étranger est avant tout un enfant. Aucun mineur ne doit être placé en centre de rétention : des alternatives à la rétention, adaptées aux familles avec enfants, doivent être envisagées.

Favoriser une meilleure insertion professionnelle des personnes réfugiées

Proposition n°5 : Lorsqu’un enfant est réfugié, faciliter et accélérer la délivrance des titres de séjour des parents, pour qu’ils puissent subvenir à ses besoins. Dans l’attente, leur délivrer une attestation de prolongation d’instruction afin qu’ils puissent travailler et être autonomes.

Proposition n°6 : Permettre un accès au séjour sécurisé et pérenne aux ménages non-expulsables afin de stabiliser les projets de vie et désengorger l’hébergement d’urgence.

Proposition n°7 : Simplifier l’accès au titre de séjour pour motif professionnel, avec un accès à des titres de séjour pérennes et non pas liés à un poste particulier, et donner un accès effectif et automatique à l’emploi à tou.te.s les demandeur.se.s d’asile.

Proposition n°8 : Mettre en œuvre des cours de Français Langue Etrangère et des Ateliers Socio-Linguistiques dès le dépôt de la demande d’asile.

Lever les incohérences et la complexité de l’accès au séjour et aux droits

Proposition n°9 : Créer des équipes spécialisées en droit des étranger.e.s au sein même des établissements d’accueil, pour analyser rapidement les possibilités de régularisation, et mieux accompagner les personnes.

Proposition n°10 : Rétablir systématiquement les Conditions Matérielles d’Accueil pour tou.te.s les demandeur.euse.s d’asile requalifié.e.s en procédure normale à l’issue de la procédure Dublin.

Proposition n°11 : Garantir l’accès aux droits en se dotant de moyens humains supplémentaires, et nommer des référent.e.s en Préfectures pour faciliter le traitement des demandes et la résolution des situations complexes.

Proposition n°12 : Permettre aux bénéficiaires d’une protection internationale, éligibles au regroupement familial, de déposer une demande de logement social pour l’ensemble de leur famille avant leur arrivée.

Défendre les valeurs d’accueil et de solidarité

Proposition n°13 : Réaffirmer le principe fondateur de l’inconditionnalité d’accueil en Centre d’hébergement pour toute personne en situation de détresse, quelle que soit sa situation administrative.

Proposition n°14 : Redonner aux structures d’accueil les moyens humains et financiers nécessaires et suffisants pour mener leurs actions, et revaloriser le travail de tou.te.s les professionnel.le.s du secteur social.

NOS AUTRES PLAIDOYERS…

 

Lutte contre le VIH sida

Lutte contre le VIH sida

Nos propositions

Handicap

Handicap

Nos propositions

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Témoignages, initiatives, événements…
Toute l’actualité du Groupe SOS dans votre boîte e-mail.

Les champs marqués par (*) sont obligatoires. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les lettres d’information sur notre activité. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. Pour en savoir plus sur vos droits, veuillez consulter la charte de protection des données personnelles.