Acualités Groupe SOS

ACTUALITÉS

Groupe SOS, 40 ans d’engagement pour la santé communautaire

5 juin 2024 • ACTUALITÉS

Depuis 40 ans, le Groupe SOS se tient aux côtés des personnes LGBTQI+ et s’engage pour leur accès aux droits et à la santé. Acteur historique de la lutte contre le VIH/sida, le Groupe SOS a dès le milieu des années 80 proposé des réponses aux besoins des personnes séropositives au VIH et de leurs proches. Si aujourd’hui l’égalité de droit a nettement progressé en France les personnes LGBTQI+ sont toujours victimes de stéréotypes, de discriminations et de violences au quotidien. Le dernier rapport de l’association SOS Homophobie vient d’ailleurs tristement les mettre en lumière : les actes LGBTphobes augmentent dans notre pays. Loin de se résigner, le Groupe SOS agit sur le terrain, avec les premier∙e∙s. concerné∙e∙s, pour un meilleur accès au soin et une égalité pleine et entière. 

La lutte contre le VIH/sida : engagement fondateur du Groupe SOS  

En 1984, le Groupe SOS a écrit les prémices de son histoire en portant assistance à des personnes aux prises avec des dépendances. En 1986, l’épidémie du VIH/Sida est en pleine croissance. L’association ARCAT et le Groupe SOS répondent présents et proposent des solutions nouvelles : des actions de prévention et des hébergements pour personnes sans domicile souffrant de maladies chroniques liées au VIH/sida, et des actions d’information et de formation des professionnels de santé et du travail social.  

L’épidémie d’infection à VIH en France métropolitaine est considérée, selon la typologie développée par l’OMS et l’ONUSIDA, comme une épidémie concentrée, c’est-à-dire qu’elle touche de manière disproportionnée certains groupes de la population et affecte peu la population générale. Aujourd’hui les personnes trans et les hommes ayant des rapports avec d’autres hommes restent particulièrement vulnérables face au VIH. Leur risque de le contracter est 26 fois plus élevé que parmi le reste de la population masculine adulte. 

Aussi, les équipes d’ARCAT, association historique de lutte contre le VIH/sida, soutiennent chaque année plus de 900 personnes dans leur projet de soin, leur insertion socio-professionnelle et leur accès aux droits. Elles accompagnent  de manière inconditionnelle les personnes vivant avec le VIH ainsi que les membres des communautés exposées au risque de contamination par le VIH et notamment les travailleur∙se∙s du sexe et personnes en situation de prostitution et les personnes trans latino-américaine, exilées en France et confrontée à la précarité économique et administrative.  Des professionnel∙le∙s issu∙e∙s des communautés auxquelles s’adressent les programmes de l’association proposent des actions de préventions, de dépistages rapides ou d’accompagnement dans l’accès au droit et au soin.  

La santé communautaire : pour un accès aux soins de tou.te.s  

Aujourd’hui en France, l’accès aux soins n’est pas égal pour tou∙te∙s. :  

  • 35% des personnes LBGTQI+ ayant dévoilées leur orientation sexuelle à leur médecin se sont senties jugées ;
  • 65% des personnes transgenres ont le sentiment d’avoir été victimes de discrimination au cours de leur parcours de soin

Les normes hétérocentrées et cisgenrées empêchent la bonne prise en compte de leurs besoins médicaux et sont parfois synonymes de renoncement aux soins. Pourtant, les personnes LGBTI+ sont confrontées à des enjeux de santé spécifiques préoccupants : santé mentale dégradée, forte exposition aux IST et VIH/sida, manque de suivi gynécologique pour les femmes lesbiennes, etc. Face à cette réalité, le Groupe SOS déploie des parcours de santé adaptés à chacun∙e, reposant sur les principes de la santé communautaire.

Qu’est-ce que la santé communautaire ?

L’approche communautaire consiste à proposer des offres et un accompagnement spécifique aux personnes accueillies, en tenant compte de leurs besoins en santé en lien avec leur parcours et conditions de vie, et en raison des discriminations qu’elles subissent. L’alliance de l’approche universelle et de l’approche communautaire permet de soutenir un accès effectif aux ressources en santé des personnes qui sont le plus éloignées du système de santé.  

 

Le Checkpoint Paris, centre de santé sexuelle dédié aux personnes LGBTI+ et aux travailleuses du sexe, combat les inégalités sociales de santé en Ile-de-France, territoire qui concentre 40% des cas de l’épidémie VIH/sida déclarés en France.

Depuis 2021, il propose une offre de dépistage en santé sexuelle complète et gratuite, le traitement des IST en cas de résultat positif, un accompagnement personnalisé pour la PrEP et des consultations spécialisées dont des consultations gynéco inclusives et un parcours de santé spécifique pour les personnes trans afin de donner accès aux hormonothérapies dans le respect absolu de leur autodétermination. Parce que la sensibilisation et l’accès à l’information sont essentiels, le Checkpoint Paris mène également des actions de préventions hors-les murs dans les milieux festifs LGBTI+, en milieu scolaire et dans les foyers accueillant un public jeune.  

Accompagner les personnes LGBTI+ exilées et demandeuses d’asile

Au sein des communautés LGBTI+, il est également essentiel de prendre soin des personnes qui sont à l’intersection de formes distinctes et spécifiques de discrimination. C’est notamment le cas des personnes LGBTI+ exilées et demandeuses d’asile. En 2024, les relations homosexuelles demeurent illégales dans plus de 60 pays dans le monde. De nombreuses personnes sont poussées à fuir leur pays d’origine. Au sein des 84 millions de personnes déplacées dans le monde, les personnes LGBTI+ sont parmi les plus vulnérables et les plus marginalisées. Des discriminations qui se perpétuent bien souvent dans le pays d’accueil, entravant leur intégration et accès aux services de santé.  

En 2021, le Checkpoint Paris et l’association Groupe SOS Solidarités ont ainsi développé le projet Asile LGBTI+ pour favoriser l’accès à la santé sexuelle de 50 demandeur·se·s d’asile LGBTI+ présents dans les 10 CADA (Centre d’accueil pour demandeurs d’asile) et HUDA (Hébergement d’urgence pour demandeurs d’asile) du Groupe SOS en Ile-de-France. Pour lutter contre leur isolement et favoriser leur bien-être, des sorties culturelles leur sont aussi proposées.  

Dans son plaidoyer pour les personnes en situation d’exil, le Groupe SOS rappelle la nécessité de renforcer l’accompagnement spécifique des personnes exposées aux violences sexuelles, à la traite et au danger en raison de leur genre ou de leur orientation sexuelle.  

Agir face aux discriminations et aux LGBTphobies  

Les dernières années ont vu naitre des avancées majeures pour les droits des personnes LGBTQI+ en France. Pourtant, plus de 55% des personnes LGBTQI+ ont été agressées au moins une fois au cours de leur vie (enquête Ifop 2019). Ces violences sont partout : cellule familiale, école, travail, espace public, médias, domaine médical… Une tendance en hausse partout en Europe, y compris dans les pays où leurs droits ont progressé. Rappelons-le : dans le monde entier, le chemin est encore long pour l’égalité. En France, la progression des actes homophobes et transphobes est une réalité quotidienne. Plus que jamais, il est crucial de soutenir les projets permettant plus de représentation et d’inclusion des communautés LGBTQI+.  

Soutenir les voix LGBTI+ dans l’espace médiatique

Le Groupe SOS et la Fondation Le Refuge ont annoncé la reprise conjointe du média emblématique Têtu. Cette union consacre la sanctuarisation d’un média essentiel pour la promotion des droits et la représentation des personnes LGBTI+. 

En ces temps marqués par le repli sur soi et la hausse des discriminations, le Groupe SOS et la Fondation Le Refuge ont pris leurs responsabilités afin de préserver cette marque et ce média essentiel. Depuis sa création en 1995, Têtu s’est imposé comme un acteur incontournable de la presse française et des voix LGBTI+. Aux côtés de Têtu, le Groupe SOS réaffirme sa détermination à œuvrer pour une société où chacun et chacune, quelle que soit son orientation sexuelle ou son identité de genre, puisse vivre librement et sans discrimination.  

Agir face à la haine en ligne

L’espace médiatique et les réseaux sociaux constituent des lieux où les discours de haine prospèrent. Saturés de violence, ils ont des effets délétères sur la santé mentale des victimes, poussées à l’autocensure. Aussi, l’association du Groupe SOS Respect-EMI éducation aux médias mène un projet de sensibilisation aux LGBTphobies en ligne, conçu avec le média TÊTU. L’objectif : former des enseignant∙e∙s sur ces sujets pour qu’ils sensibilisent à leur tour les étudiant∙es. Un module didactique permettant de décrypter les discours de haine envers la communauté LGBTQI+, tout en s’appropriant les outils pour les combattre et s’en protéger. 

En finir avec les LGBTphobies dans le sport  

Les comportements anti-LGBT persistent également dans le milieu sportif, où l’hétéronormativité règne en maître. Le constat est sans appel : 77% des Français∙es perçoivent le milieu sportif comme homophobe et transphobe, 46% des Français∙es ont été témoins de comportements LGBTphobes dans le sport.  

Persuadé que le sport constitue un formidable outil pour éduquer et favoriser la mixité sociale, le Groupe SOS a lancé la Fondation pour le Sport Inclusif en octobre 2023. Reconnue d’utilité publique, cette fondation est abritée par la FACE. En cette année olympique où le sport est la Grande Cause Nationale, elle entend à la fois promouvoir les valeurs du sport comme outil d’inclusion sociale et professionnelle, et combattre toutes formes de discriminations dans le milieu sportif.  

La fondation déploie notamment la Tournée du sport inclusif dans plusieurs villes de France en partenariat avec des clubs sportifs et des associations comme Le Refuge, pour renforcer la visibilité de l’activité physique et sportive en tant qu’outil majeur de lutte contre les discriminations, en particulier celles qui touchent les communautés LGBTQIA+. 

L’association Ovale Citoyen du Groupe SOS s’inscrit elle aussi dans cette démarche de sport inclusif. Elle constitue une porte d’entrée pour l’activité sportive, l’accès aux soins, l’éducation et l’insertion professionnelle des populations exclues, notamment les personnes LGBTI+. Des permanences juridiques et une aide administrative sont également proposées pour répondre aux mieux aux problématiques de chacune. 

Célébrer le mois des fiertés

Le mois de juin, c’est aussi le mois des fiertés. Une occasion de mettre en lumière l’ampleur des luttes à mener, mais aussi de donner de la visibilité aux communautés. Les marches des fiertés auront lieu aux quatre coins du monde. Des célébrations collectives auxquelles le Groupe SOS et ses associations communautaires prendront part le 29 juin à Paris. 

A lire également

20 juin 2024

Prendre soin des LGBTI+ en exil : le projet Asile LGBTI+

En 2024, les relations homosexuelles sont toujours illégales dans plus de 60 pays. Depuis mai 2023, date à laquelle l’Ouganda…

Lire la suite

17 juin 2024

La Groupe SOS à la Marche des Fiertés !

Alors que notre société traverse une période de profonds bouleversements politiques, il est essentiel de réaffirmer notre attachement aux valeurs…

Lire la suite

11 juin 2024

Prendre position pour une société solidaire et ouverte, contre les conservatismes et le repli

Depuis sa création, le Groupe SOS s’est constamment affirmé comme un acteur engagé au service de la cohésion sociale de…

Lire la suite

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Témoignages, initiatives, événements…
Toute l’actualité du Groupe SOS dans votre boîte e-mail.

Les champs marqués par (*) sont obligatoires. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les lettres d’information sur notre activité. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. Pour en savoir plus sur vos droits, veuillez consulter la charte de protection des données personnelles.